Tribune de M. l’Ambassadeur sur l’innovation [pl]

Tribune de M. l’Ambassadeur sur l’innovation dans le quotidien Dziennik Gazeta Prawna (10 juin 2015)

Dans une tribune parue dans ce même journal le 1er avril dernier, le président Komorowski a affirmé sa volonté de promouvoir le secteur des nouvelles technologies en Pologne, soulignant que « l’innovation garantira un niveau de vie élevé aux polonais ». La France, qui partage cette ambition, est prête à mobiliser les compétences de ses entreprises et le savoir de ses chercheurs pour avancer avec la Pologne dans la voie de l’innovation.

Nécessaire au renouveau de l’économie européenne, l’innovation technologique est une ambition partagée par la Pologne et la France.

Le monde change et avec lui c’est notre modèle économique qui se transforme. La concurrence des pays émergents, les bouleversements technologiques, l’interconnexion accrue des réseaux, la diffusion accélérée de l’information, ou encore la rareté des ressources sont autant d’enjeux protéiformes qui non seulement transforment notre quotidien, mais obligent nos entreprises à réinventer leur modèle en permanence. L’innovation technologique est ainsi indispensable pour développer la performance et la compétitivité des entreprises et remettre l’Europe sur le chemin de la croissance. La Commission européenne a donc fait de l’augmentation des dépenses de recherche et développement à hauteur de 3% du PIB des Etats membres l’un des objectifs principaux de son programme Europe 2020, soulignant que cela permettrait de créer plus de 3,7 millions d’emplois et générer plus de 800 Mds € d’ici 2025.

La France est pionnière en matière d’innovation en Europe. Selon le classement annuel Thomson Reuters Global Innovator, elle est le 3e pays le plus innovant au monde grâce à plusieurs entreprises (Alcatel-Lucent, Arkema, Safran, Saint-Gobain) et centres de recherche (CNRS, CEA, IFP Energies nouvelles), référencés dans cette étude. Notre pays soutient en effet l’innovation de ses entreprises grâce à des incitations fiscales, à la concentration des savoirs autour de clusters (« pôles de compétitivité ») ou encore à des grands programmes d’investissements publics (47 Mds € depuis 2010). L’objectif est de promouvoir l’excellence de la recherche, de stimuler les talents et d’inciter au développement de projets d’avenir. A titre d’exemple, notre gouvernement soutient le développement du secteur des objets connectés, qui devrait générer jusqu’à 138 Mds €, soit presque 10% de notre PIB en 2025.

De son côté, la Pologne possède d’ores et déjà un très haut niveau d’expertise dans de nombreux domaines, comme l’a soulignée sa participation au programme européen d’exploration spatiale Rosetta, dont la sonde Philae s’est posée en novembre dernier sur la comète 67P, à plus de 500 millions de kilomètres de notre planète.

La coopération technologique entre nos deux pays peut prendre des formes très concrètes à l’avenir.

La technologie française profite déjà pleinement à l’économie polonaise, comme en matière ferroviaire, où l’accès à la technologie de la grande vitesse a spectaculairement réduit les temps de transport au sein du pays. Nos entreprises implantées en Pologne favorisent l’innovation, à l’image d’Orange Polska, qui a accompagné grâce à ses programmes d’incubation plus de 200 start-ups polonaises dans le développement d’applications mobiles.

Nécessaire à l’innovation, la coopération scientifique et universitaire est aujourd’hui cruciale, que ce soit en matière d’échange de chercheurs et de projets scientifiques communs, grâce au succès du programme franco-polonais Polonium, de formations communes, avec 66 doubles diplômes entre nos universités et plusieurs thèses codirigées, ou encore de diffusion des savoirs, comme le forum franco-polonais de la recherche en offrira l’occasion le 1er juin à Varsovie.

Notre coopération est également solide dans de nombreux domaines industriels. La France s’est ainsi engagée à accompagner la Pologne dans l’acquisition de la technologie nucléaire à l’horizon 2025. Outre le soutien au projet Allegro du groupe de Višegrad visant à développer un réacteur à neutrons rapides, le CEA français coopère avec son homologue polonais, le NCBJ, autour de nombreuses thématiques de recherche et des réacteurs Maria en Pologne et Jules Horowitz en France. L’accord de coopération signé entre les deux institutions le 12 mars dernier, en présence des Premiers ministres polonais et français, souligne la vigueur de ce partenariat.

Enfin, cette coopération en matière d’innovation s’inscrit avant tout dans un projet européen de long terme. En matière de R&D, le programme cadre européen pour la recherche et l’innovation, HORIZON 2020, représente une opportunité pour des projets de recherche à noyau franco-polonais intégrant des partenaires en provenance des autres Etats membres. Sur le plan industriel, le récent choix de l’entreprise européenne Airbus pour la phase d’essais des hélicoptères multi-rôles de l’armée polonaise, impliquera non seulement le développement économique du pays, grâce à l’installation de sites de productions en Pologne conduisant à la création de 1 250 emplois directs et 2 000 emplois indirects, mais aussi, et surtout, par le développement d’un savoir-faire local et par un important transfert de technologie, favorisera l’ancrage de la Pologne au sein de l’Europe de l’armement.

Pierre Buhler
Ambassadeur de France en Pologne

Dernière modification : 23/06/2015

Haut de page