Roland Garros : la terre battue et le charme français [pl]

Nadal, Djokovic, Llodra ou Gasquet, les meilleurs joueurs du monde attendent le grand rendez-vous de la terre battue du tournoi de tennis de Roland Garros qui se déroule à Paris, du 21 mai au 9 juin. Pour eux comme pour le public venu du monde entier, plus qu’une compétition de tennis, Roland Garros est une vitrine de la France.

JPEG

Les internationaux de tennis de Roland Garros font partie des quatre tournois qui composent le Grand Chelem, avec Wimbledon, l’Open d’Australie et l’US Open. Ses terrains couverts de terre battue distinguent la compétition parisienne, organisée par la Fédération française de tennis (FFT).

Depuis 1928 et le premier tournoi organisé Porte d’Auteuil, à Paris, l’aura du tournoi de Roland Garros n’a cessé de grandir, marqué par des exploits sportifs et de grands noms du tennis international. Grâce aux « Mousquetaires » (Brugnon, Borotra, Cochet et Lacoste), à l’origine du tennis professionnel français, le tournoi est rapidement devenu un événement mondial. En 1968, c’est même la première compétition du Grand Chelem à devenir ouverte à tous et non uniquement aux joueurs professionnels. Depuis, Björn Borg, Mats Wilander ou encore Gustavo Kuerten ont marqué les esprits avec leurs exploits. Mais pour la France, c’est la victoire de Yannick Noah en 1983 qui reste gravée dans l’histoire du tennis français.

Une affaire rentable

Aujourd’hui, l’organisation du tournoi repose sur près de 10 000 personnes présentes chaque jour, et notamment sur les sponsors historiques comme BNP Paribas, partenaire depuis 40 ans du tournoi, ou Lacoste qui célèbre cette année les 80 ans de son fameux polo au crocodile.

« Pour la Fédération française de tennis, Roland Garros est une affaire rentable, qui nous permet d’entretenir le tournoi et de financer toutes les compétitions françaises, explique Christophe Fagniez, Directeur opérationnel du tournoi. Nous réinjectons plus de 20 millions d’euros dans la fédération chaque année ». Au total, le chiffre d’affaires du tournoi devrait atteindre 160 millions d’euros en 2013, essentiellement via les droits télévisés, les opérations de relations publiques et les partenariats. La vente de billets permet de récolter quelque 29 millions d’euros.

Le charme de Roland Garros
JPEG
Pour les sportifs, c’est évidemment l’occasion d’inscrire leur nom dans l’histoire du tennis, mais cela permet aussi de profiter d’un environnement unique. « Gagner à Roland Garros offre un réel prestige, mais y participer constitue déjà pour les joueurs une possibilité immense de pouvoir marcher sur les traces de Noah, Agassi, de tous les grands noms du tennis mondial ; le tout entouré du charme parisien  », explique Christophe Fagniez. Sur le plan financier, les organisateurs du tournoi parisien ont décidé de revaloriser dès cette année la dotation globale de la compétition. Joueurs et joueuses percevront 15% de plus qu’en 2012. Le total des rémunérations versées s’élèvera à 22 millions d’euros, alignant alors le tournoi de la Porte d’Auteuil sur ses rivaux.

Si 80% des spectateurs sont français, les visiteurs ainsi que les médias étrangers sont de plus en plus nombreux. La promotion du tournoi, et donc de la France, passe par près de 137 diffuseurs mondiaux et plus de 1300 journalistes accrédités. « Il y a clairement un effet Roland Garros, précise le directeur opérationnel. Les visiteurs veulent profiter du sport, mais aussi des infrastructures. Ce tournoi historique bénéficie d’une localisation idéale aux portes de Paris, avec une vue sur la Tour Eiffel, qui séduit plus d’un visiteur ».

Un besoin de modernisation

Pour cette 83ème édition, le plus important tournoi sur terre battue fait partiellement peau neuve, pour mieux satisfaire les attentes des joueurs et du public. Les organisateurs vont encore améliorer l’accueil des 430 000 visiteurs attendus et des 128 joueuses et 128 joueurs du tableau final : refonte des espaces verts, amélioration de la signalétique, dématérialisation du billet d’entrée doivent permettre d’améliorer la fluidité dans l’enceinte du stade.

Mais les véritables changements d’importance sont attendus avec le projet de développement du stade, qui devrait voir le jour d’ici à 2018. Il s’agit de moderniser les installations afin d’accueillir davantage de spectateurs, avec notamment une programmation de matchs en soirée, et d’installer un toit sur le court Philippe Chartrier. « Nous devons entretenir le charme du tournoi de Roland Garros. Nous avons clairement besoin de cette modernisation dans les 5 à 6 ans car, contrairement aux autres tournois du Grand Chelem, nous ne pouvons pas gagner la course du gigantisme, assure Christophe Fagniez ».

JPEG - 302.8 ko

Site Internet :
http://www.fft.fr/roland-garros

Barbara Leblanc
Direction de la Communication et de la Presse
Sous-direction de la Presse
Ministère des Affaires étrangères

Dernière modification : 31/07/2013

Haut de page