Remise des insignes de chevalier dans l’Ordre national du Mérite à M. François Colombié [pl]

Remise des insignes
de chevalier dans l’Ordre national du Mérite
à M. François Colombié

(Varsovie, le 25 novembre 2013)

Monsieur le président du conseil de gérance, M. Thierry Mulliez,

Monsieur le Ministre, M. Rafał Baniak,

Madame la présidente de la Confédération Lewiatan, Mme Henryka Bochniarz,

Monsieur le Professeur Andrzej Koźmiński, cofondateur de l’Académie « Leon Koźmiński »,

Mesdames et Messieurs les représentants de la Chambre de Commerce et d’Industrie française en Pologne et les conseillers du commerce extérieur,

Messieurs les directeurs généraux du groupe Auchan,

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Nous sommes rassemblés ici ce soir pour rendre hommage à notre compatriote et ami, François Colombié, qui s’est vu nommé par le président de la République française chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Cette prestigieuse distinction a été instituée en 1963 par le général de Gaulle pour récompenser les mérites distingués rendus à la nation française et acquis, soit dans une fonction publique, civile ou militaire, soit dans l’exercice d’une activité privée.

Avant de vous remettre vos insignes, cher François Colombié, permettez-moi de retracer en quelques mots votre parcours et les mérites qui vous ont valu d’être ainsi distingué.

Vous êtes né il y a quelques 57 ans à Mazamet, dans le Sud-Ouest de la France, ville célèbre pour sa tradition industrielle dans le domaine textile et notamment pour le développement au XIXème siècle d’une technologie innovante : le délainage par l’échauffe.

Vous-même êtes issu d’une famille ancrée dans cette tradition de l’industrie de la laine et du cuir, votre père notamment – présent ce soir parmi nous et que je salue – qui vous transmettra le goût de l’entreprenariat avec les valeurs et le sens des responsabilités, notamment sociales, que celui-ci implique.

Après des études supérieures de commerce à Toulouse, vous intégrez, il y a maintenant trente-quatre ans, le groupe Auchan au sein duquel vous effectuerez toute votre carrière.

Ayant fait vôtre la devise de votre ville natale, crescam et lucebo – « je croîtrai et je brillerai », vous gravissez les échelons au sein de l’hypermarché de Perpignan, où vous exercez successivement les fonctions de réceptionnaire, puis chef de rayon, contrôleur de gestion et directeur adjoint.

Vous prenez ensuite la tête d’un magasin du groupe à Saint-Étienne puis à Saint-Priest, dans l’agglomération lyonnaise.
Je pense que M. Mulliez, président du conseil de gérance du groupe, présent parmi nous ce soir, ne me démentira pas si je dis que vous avez alors démontré dans ces fonctions de direction des qualités en tout point remarquables et qui vous ont valu d’être nommé au début des années 1990 directeur régional du groupe pour l’ensemble de l’Ouest de la France.

C’est en 1999 que vous rejoignez la Pologne où, comme directeur opérationnel puis directeur général d’Auchan Pologne, vous développez l’activité de ce groupe français dans un pays en pleine transformation économique. Ce sont près de 10000 emplois que vous allez ainsi créer en Pologne ; ce nombre de salariés devrait d’ailleurs doubler dans les jours qui viennent avec l’acquisition programmée des hypermarchés Real.

Votre relation à la Pologne s’inscrit cependant aussi au-delà de l’activité professionnelle : l’amitié franco-polonaise est en effet cultivée traditionnellement dans votre famille.

C’est d’abord feu votre oncle, le frère de votre mère ici présente, qui toute sa vie s’est souvenu de la solidarité manifestée par ses camarades d’infortune polonais à Raciborz où les tourmentes de la Seconde Guerre mondiale l’avaient conduit.

C’est sa fille, votre cousine, également présente ce soir parmi nous, qui a contribué à nouer des liens forts entre son école de Mazamet et une école de Rybnik, initiative grâce à laquelle les deux villes sont aujourd’hui jumelées.

Et c’est bien sûr également votre histoire personnelle, et la famille franco-polonaise que vous avez fondée avec votre épouse Agnieszka.
C’est sans doute grâce à cette immersion dans la culture et la société polonaise que vous avez réussi avec autant de succès à développer les activités de votre groupe dans ce pays.

Aujourd’hui président du conseil de surveillance d’Auchan Pologne, il vous faut également relever de nouveaux défis plus à l’Est avec votre récente nomination à la tête du conseil de surveillance d’Auchan Russie et d’Auchan Ukraine !

Pour ce qui est de la Pologne, vous y êtes, cher François Colombié, l’un des piliers de la communauté française d’affaires, membre notamment depuis plus de dix ans de la chambre de commerce et d’industrie française en Pologne, dont vous fûtes même le président.

Vous vous investissez également dans différentes organisations professionnelles et forums de réflexion polonais, comme la confédération d’entreprises Lewiatan [dont je salue la présidente, Mme Bochniarz, présente parmi nous ce soir, et dont vous avez été vice-président.

Enfin, comment ne pas mentionner ici vos mérites insignes à l’égard de cette ambassade ? Interlocuteur privilégié de notre service économique, vous êtes également un soutien actif et efficace tant des opérations lancées par notre service culturel que de la traditionnelle réception du 14 juillet, et je vous en remercie.

François Colombié, vos succès au service du rayonnement économique de la France en Pologne vous ont valu d’être nommé par le président de la République chevalier dans l’Ordre national du Mérite.

***

François Colombié, au nom du président de la République, je vous fais chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Dernière modification : 26/11/2013

Haut de page