Remise de décorations au Ministre Koziej et au Colonel Kozicki [pl]

(Version en français du discours, prononcé pour l’essentiel en polonais)

Discours

à l’occasion du 73e anniversaire de l’appel du 18 juin

et de la remise des insignes
d’officier dans l’Ordre national du Mérite
au Colonel Waldemar Kozicki
et de commandeur dans l’Ordre de la Légion d’Honneur
au Ministre Stanisław Koziej

(le 18 juin 2013)

Messieurs les ministres,
Messieurs les représentants du Corps diplomatique,
Chers anciens combattants,
Chers professeurs
Mon colonel,
Chers compatriotes,
Chers élèves du lycée français de Varsovie, et chers professeurs,
Mesdames et Messieurs, chers amis,

Avant de procéder à la remise de deux décorations, je souhaite remercier très chaleureusement le détachement d’honneur de militaires polonais de la garnison de Varsovie, toujours fidèles, et martiaux, aux nombreuses cérémonies qu’organise l’ambassade.

Je salue également les anciens combattants franco-polonais, témoins vivants de l’appel du 18 juin. Vous avez répondu à l’appel du Général de Gaulle quand vous aviez vingt ans. Vous avez combattu pour notre liberté et pour les valeurs que nous partagions – ces valeurs que la Pologne a su faire triompher.

Professeur Kuźniar, cher Roman, merci pour votre très beau discours prononcé pendant la cérémonie. Ce discours nous confirme l’attachement que les Polonais conservent pour la figure du général de Gaulle.

Je remercie pour leur présence les ambassadeurs, ou les attachés de défense, des pays qui étaient présents militairement en Grande-Bretagne en juin 1940. Dès l’été 1940, nous avons tous combattu ensemble, à partir du territoire britannique, notamment pendant la bataille d’Angleterre.

Je salue également la communauté française, représentée notamment par les Associations Varsovie accueil et Entraide. Mesdames, merci d’avoir répondu à mon invitation.

Je remercie les élèves du Lycée français pour la lecture de l’appel du 18 juin, que je veux assurer que leur présence concrétise l’indispensable transmission de la mémoire, dans un monde trop souvent marqué par l’égoïsme et l’indifférence.

Cette cérémonie et cette réception vous montrent que l’Histoire ne se limite à quelques ouvrages théoriques et à quelques bachotages avant vos examens. Vous avez la chance de pouvoir discuter avec les témoins ou les acteurs de la Grande histoire. Vous pouvez observer leurs uniformes, sur ces mannequins prêtés par le musée de l’armée polonaise de Varsovie que je remercie également chaleureusement.

Je demande à Madame Cecilia Niedenthal et au professeur Wawer de s’approcher de moi, au pied de cette affiche. Madame, je vous remercie d’avoir contacté notre ambassade pour nous proposer cette affiche de l’Appel du 18 juin. Comme vous, cette affiche a beaucoup voyagé du Pérou à la Pologne, en passant par le Brésil et la France.

Madame, je vous propose de procéder au dévoilement de cette affiche pour marquer votre don au Musée de l’armée polonaise de Varsovie. Votre affiche va trouver une nouvelle vie dans les collections du musée du Professeur Wawer.

Je vais à présent avoir l’honneur de remettre de hautes distinctions françaises à deux personnalités polonaises :

- le colonel Waldemar Kozicki, ancien attaché de défense près l’Ambassade de Pologne en France, sera décoré de l’ordre national du Mérite au grade d’officier,

- et le Ministre Stanisław Koziej, chef du Bureau de Sécurité nationale, sera fait Commandeur dans l’ordre de la Légion d’Honneur.

Et puisque nous commémorons aujourd’hui l’Appel du 18 juin lancé par le Général de Gaulle, il n’est pas inutile de rappeler que c’est justement le Général de Gaulle qui institua en 1963 l’Ordre national du Mérite, afin d’honorer les mérites distingués acquis soit dans une fonction civile ou militaire.

Quant à l’Ordre de la Légion d’Honneur, il fut créé par un autre grand Français, Napoléon Bonaparte, en 1802, et depuis cette date, la France distingue dans cet ordre les personnes qui se sont signalées par leurs mérites éminents à l’égard de la France et des valeurs qu’elle représente.

***

Colonel Waldemar Kozicki,

Né à Świętajno en Mazurie, vous effectuez votre formation militaire à l’École supérieure d’officiers des Forces motorisées de Wrocław. Vous commandez ensuite un peloton, puis une compagnie de reconnaissance.

Vous avez parfait votre formation à l’École de Guerre et au Collège interarmées de défense à Paris, avant, quelques années plus tard, de vous consacrer, au sein de l’armée, à la coopération internationale, d’abord comme officier puis comme chef du Service de Coopération internationale du Commandement de l’Armée de Terre. Dans ces fonctions vous œuvrez tout particulièrement au renforcement des liens entre l’armée française et l’armée polonaise.

Fort de l’expérience acquise et grâce à votre maîtrise de notre langue, vous rejoignez ensuite l’Ambassade de Pologne à Paris où, pendant quatre ans, vous êtes attaché de défense, militaire, naval et de l’air, fonctions qui vous permettent de poursuivre votre rôle clef de liaison entre les armées de nos deux pays.

À votre retour en Pologne, vous intégrez le Bureau de Sécurité nationale où vous exercez aujourd’hui les fonctions de chef du Groupe opérationnel du Département de la Supervision des Forces armées, dans l’exercice desquelles vous vous attachez, cette fois, à intensifier le dialogue stratégique entre la France et la Pologne.

Mon Colonel, la France distingue aujourd’hui en votre personne un homme dont le rôle en faveur du rapprochement franco-polonais dans sa dimension militaire est essentiel, et un fidèle ami de la France.

Waldemar Kozicki, au nom du Président de la République, je vous fais officier dans l’Ordre national du Mérite.

***

Monsieur le Ministre Stanisław Koziej,

Né à Glinnik, dans la région de Lublin, vous êtes diplômé de l’Académie militaire des Forces motorisées de Wrocław, ainsi que de l’Académie de l’état-major général de l’armée polonaise à Varsovie.

Après une carrière d’officier qui vous aura vu servir au 49ème régiment mécanisé stationné à Wałcz, à la 15ème division mécanisée basée à Olsztyn, au quartier général du Commandement de la région militaire de Silésie à Wrocław et à l’état-major général de l’armée polonaise, vous êtes durant plusieurs années enseignant-chercheur à l’Académie d’état-major général de l’Armée polonaise.

Auteur au début des années 1990 d’une Doctrine de défense de la République de Pologne et d’une Théorie de l’Art de la guerre, vous êtes appelé par le président Lech Wałęsa – qui vous promeut général – au Bureau de la Sécurité nationale.

Successivement directeur du Département du système de défense au Ministère de la Défense nationale, chef de la mission polonaise de surveillance en Corée et chef-adjoint de la mission de l’OSCE en Géorgie, vous devenez en 2005 Secrétaire d’État au Ministère de la Défense nationale.

Spécialiste de la politique et la stratégie de sécurité nationale et internationale et de la gestion stratégique de la sécurité, conférencier reconnu sur ces thèmes dans de nombreuses universités polonaises, coordonnateur de la planification stratégique nationale polonaise, auteurs de nombreux travaux traitant de la sécurité nationale et internationale, c’est tout naturellement à vous que fait appel le président ad interim Bronisław Komorowski, le 13 avril 2010, pour prendre la tête du Bureau de Sécurité nationale.

Monsieur le Ministre, vous avez montré dans vos fonctions un intérêt marqué au renforcement des liens entre la France et la Pologne et au rapprochement des visions stratégiques française et polonaise.

Fin connaisseur de notre pays et de son histoire militaire, vous aimez la France comme le Général de Gaulle aimait la Pologne, lui qui était venu, jeune officier encore, se battre à ses côtés au lendemain de la renaissance de l’État polonais. Et c’est pourquoi je suis heureux de pouvoir vous remettre justement aujourd’hui, en ce jour anniversaire de l’Appel du 18 juin, ces insignes de commandeur de la Légion d’Honneur qui viennent saluer votre engagement en faveur de la coopération et de l’amitié entre la nation polonaise et la nation française.

Stanisław Koziej, au nom du Président de la République, je vous fais commandeur dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.

***

Chers amis, je vous invite maintenant à vous joindre à moi en portant un toast à notre nouveau commandeur, à notre nouvel officier mais aussi à l’amitié franco-polonaise.

Dernière modification : 19/06/2013

Haut de page