Remise de décorations à M. Przemysław Mrozowski, à M. Alain Mompert et à Mme Barbara Sosień [pl]

Remise de décorations
à M. Przemysław Mrozowski, à M. Alain Mompert et à Mme Barbara Sosień
24 février 2016,
Résidence de France à Varsovie,



Madame la Présidente de Gdynia,
Mesdames et Messieurs les professeurs,
Mesdames et Messieurs les présidents,
Mesdames et Messieurs les directeurs,
Mesdames et Messieurs, chers amis,

Si j’ai le plaisir et l’honneur de vous voir réunis ce soir à la Résidence de France, c’est pour rendre hommage à trois personnalités qui ont, chacune à leur manière, contribué par leur engagement au rayonnement et au succès de la France en Pologne, avec un dévouement qui leur vaut ce soir d’être distinguées dans l’ordre des Arts et des Lettres et dans celui des Palmes Académiques.

L’Ordre des Arts et des Lettres, institué en 1957, récompense les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde. Celui des Palmes Académiques, instituée en 1955, honore les membres actifs de la communauté éducative ainsi que les personnalités contribuant à l’expansion de la culture française dans le monde.

Avant de remettre leurs insignes à M. Przemysław Mrozowski, à M. Alain Mompert et à Mme Barbara Sosień, j’évoquerai brièvement, comme le veut la tradition, les mérites propres qui leur valent d’être ainsi distingués par la France.

***
M. le Directeur, M. Przemysław Mrozowski,

Passionné par l’Histoire de l’Art et manifestant d’ores et déjà un vif intérêt pour la France, vous suivez des études dans cette voie et obtenez un DEA auprès du Centre Supérieur de Civilisation médiévale de Poitiers. Vous présentez ensuite une thèse de doctorat consacrée au tombeau gothique en Pologne et une thèse d’État à la naissance du portrait en Pologne.

Dès 1988, vous travaillez au sein du Château royal de Varsovie, dont vous gravirez tous les échelons jusqu’à en devenir le directeur général. Comme chacun sait, cette noble institution, détruite pendant la seconde guerre mondiale mais reconstruite pendant les années 1970, est l’écrin de nombreux évènements et expositions officielles. Tout au long de votre parcours au sein de cette vénérable institution, vous mettez en œuvre une riche coopération entre le Château royal et les Musées français, dont le Palais de Compiègne, pour l’organisation d’expositions conjointes. Vous contribuez ainsi à mieux faire connaitre la culture polonaise en France ainsi que l’Art français en Pologne. Ces formidables expositions, souvent organisées dans nos deux pays, mettent également à l’honneur les liens si particuliers tissés entre la Pologne et la France.

Votre implication a ainsi rendu possible des expositions remarquables et remarquées visant à mieux faire connaitre les arts respectifs de nos deux pays, à l’instar de l’exposition consacrée à l’Art en Pologne des Lumières au romantisme de Dijon, en 2005, ou celle ayant eu lieu la même année à Varsovie, intitulée Ombres et Lumières. Quatre siècles de la peinture française organisée conjointement par les Ministères de la Culture de France et de Pologne, le Château royal ainsi que la Réunion des Musées Nationaux en France.

Votre engagement a également permis la tenue d’évènements dans nos deux pays mettant à l’évidence les relations nouées entre nos deux pays au fil de l’histoire, à l’instar de celle consacrée à Stanislas un roi de Pologne en Lorraine, organisée en 2005 à Nancy au Palais Ducal ainsi qu’au Château royal de Varsovie ou, plus récemment, en 2011, celle consacrée à L’aigle blanc. Stanislas Auguste, dernier roi de Pologne, collectionneur et mécène au Siècle des Lumières. Je mentionnerai enfin celle que j’ai eu l’honneur l’année dernière d’inaugurer sous l’égide du professeur Andrzej Rottermund ici présent et en votre présence, consacrée à Napoléon Ier ou la légende des arts, présentée d’abord au Palais impérial de Compiègne, puis au Château royal de Varsovie. Vous êtes enfin l’auteur de près d’une centaine de publications scientifiques, sous la forme de livres, d’articles ou de comptes rendus.
Consciente de votre parcours et reconnaissante pour votre engagement constant en faveur de la promotion de la culture française en Pologne et du renforcement des liens culturels entre nos deux pays en tant que passeur de culture, la France a ainsi souhaité vous nommer chevalier des Arts et des Lettres.

M. Przemysław Mrozowski, au nom de la Ministre de la Culture et de la Communication, nous vous remettons les insignes de chevalier des Arts et des Lettres./.

***
M. le directeur général, Cher Alain Mompert,

Vous êtes né en France, à Thionville. Vous entamez dans ce département de la Moselle votre carrière professionnelle, au sein d’un magasin d’ameublement. Très vite cependant, vous décidez de changer de parcours et de vous engager au service de votre pays, en intégrant le 8ème Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine de Castres. Après plusieurs années passées au sein de ce régiment, lors desquelles vous intervenez au Liban et au Tchad, vous décidez à nouveau de changer de parcours, en travaillant à nouveau dans le secteur privé, pour le compte de plusieurs sociétés.

1989 marque un tournant, puisque votre vie professionnelle vous conduit en Pologne, alors que débutaient les grands bouleversements politiques et économiques qui allaient transformer en profondeur ce pays. Vous travaillez alors pour le compte de la société Axo, spécialisée dans les produits pour les carrossiers, et trois ans plus tard, devenez directeur général des Laboratoires Ceetal. A ce poste, vous gérez toute l’implantation de leurs produits en Pologne.

Vos nouvelles responsabilités vous conduisent naturellement à renforcer les liens économiques et humains entre la France et la Pologne. Mais votre action en faveur de l’amitié franco-polonaise va bien au-delà de votre activité professionnelle. Très engagé dans la vie associative de la région de Gdansk, vous avez en effet contribué à fonder l’école maternelle franco-polonaise de Gdynia, que j’ai eu l’occasion de visiter et dont vous assumez la direction. Au sein de cette école, véritable berceau du rayonnement français dans la région, un enseignement dans la langue de Molière y est dispensé à plus de quatre-vingts enfants, dont une grande partie de Polonais.
Vous êtes également un homme engagé au service de ses compatriotes, et assumez à ce titre plusieurs fonctions pour la communauté française expatriée. Membre du comité consulaire pour la protection et l’action sociale, chef de l’îlot de sécurité de Gdańsk-Gdynia-Sopot, vous êtes également président de la section locale de l’Union des Français de l’Etranger – l’UFE -, où tous saluent votre dévouement ainsi que votre disponibilité au bénéfice de nos compatriotes.

Enfin, malgré toutes vos activités très prenantes, vous avez également su trouver le temps d’être un sportif accompli. Passionné de cyclisme, nommé « ambassadeur du Tour de Pologne » par les organisateurs polonais de cette épreuve, vous défendez inlassablement le rôle du sport comme école de vie et facteur d’intégration pour la jeunesse.

Votre parcours professionnel exemplaire conjugué à votre action remarquable en faveur du développement de l’enseignement en langue française à Gdynia et à votre engagement constant au profit de la communauté française vous a valu d’être nommé par la France chevalier de l’Ordre des Palmes académiques.

Alain Mompert, au nom de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, nous vous faisons chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques.

**
Madame le Professeur, Madame Barbara Sosień

Vous êtes originaire de Stopnica, dans la région de Kielce. Vous entamez des études à la faculté de philologie de l’Université Jagellonne, au sein du département de philologie romane, où vous obtenez une maîtrise en sciences humaines. Votre mémoire, soutenu à cette occasion, « Comédies et proverbes d’Alfred de Musset et leur caractère littéraire », témoigne déjà d’un intérêt profond et érudit pour la culture française.

Universitaire réputée pour vos travaux sur la littérature française du XIXème siècle, vous obtenez en 1985 votre doctorat à la suite d’une thèse portant sur « Gérard de Nerval ou le monde comme un théâtre ». Ce n’est que l’un de vos nombreux écrits sur le poète romantique, dont vous êtes une grande spécialiste, y compris sur la scène universitaire française.

Ce lien très fort entre la Pologne et la France, que vous avez construit au fil de votre parcours par le biais de la littérature et de la poésie mais aussi de l’enseignement du français, car vous avez été professeur de notre langue, était déjà partagé par Gérard de Nerval lui-même. En effet, le poète entretenait un attachement particulier pour la Pologne. Sa mère y trouva la mort en 1810 à Głogów alors qu’elle accompagnait son mari, soldat de l’armée de Bonaparte. Celui qui n’était alors que Gérard Labrunie était encore un tout jeune enfant, et garda toute sa vie une passion pour la Pologne qu’il traduisit par un vif soutien aux efforts menés pour l’indépendance de la nation. Dans son ode « En avant marche ! », il écrit ainsi « En avant, marche !... //Est-il une cause plus belle ? // La Pologne encor nous appelle, // Il faut écraser ses tyrans ! »
Il serait cependant réducteur de ramener l’ensemble de votre œuvre et de vos études, si vastes, à la seule figure de Gérard de Nerval. Vous avez en effet publié de nombreux ouvrages sur le romantisme français, notamment sur son imaginaire symbolique. En 2005, vous présentez votre thèse d’habilitation à mener des recherches « L’Homme romantique et l’espace : sous le signe d’Icare : Nerval et Gautier ». Vous poursuivez depuis votre travail d’érudition et d’échange sur le plan européen au sein de l’encadrement du programme du Doctorat d’études supérieures européennes « Les Littératures de l’Europe Unie ».

Vous êtes également membre de l’Académie polonaise des sciences et siégez régulièrement au sein de jurys de thèse dans des universités françaises. A ce titre, vous êtes très active dans les échanges académiques entre votre maison, la faculté de philologie de l’Université Jagellonne, et de nombreuses universités françaises, notamment l’université Paris-Sorbonne, l’université Grenoble III et l’institution Blaise Pascal, à Clermont-Ferrand.

Au-delà de votre renommée internationale dans votre spécialité académique, vous vous êtes toujours fortement engagée au service de l’enseignement et de la diffusion du français en Pologne. Vous avez ainsi participé à l’encadrement de la section de langue française du centre universitaire de Tarnów.

Consciente de votre parcours et reconnaissante pour votre engagement constant en faveur de la langue, de la poésie et de la littérature françaises, la France a souhaité vous nommer officier de l’Ordre des Palmes Académiques.

Madame Barbara Sosień, au nom de la ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, nous vous remettons les insignes d’officier de l’Ordre des Palmes Académiques./.

Dernière modification : 25/02/2016

Haut de page