Remise de décorations à M. Marek Bieńczyk, à M. Alojzy Zbigniew Nowak et à Mme Małgorzata Mańka-Szulik [pl]

Remise de décorations à M. Marek Bieńczyk, à M. Alojzy Zbigniew Nowak
et à Mme Małgorzata Mańka-Szulik
1er décembre 2015, Résidence de France à Varsovie



Monsieur le Vice-Recteur,

Mesdames et Messieurs les professeurs,

Madame la Présidente,

Mesdames et Messieurs les directeurs,

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Si j’ai le plaisir et l’honneur de vous voir réunis ce soir à la Résidence de France, c’est pour rendre hommage à trois personnalités qui ont, chacune à leur manière, contribué par leur engagement au rayonnement et au succès de la France en Pologne, avec un dévouement qui leur vaut ce soir d’être distinguées dans l’ordre des Arts et des Lettres, dans celui des Palmes Académiques ainsi que dans l’Ordre national du Mérite.

L’Ordre des Arts et des Lettres, institué en 1957, récompense les personnes qui se sont distinguées par leur création dans le domaine artistique ou littéraire ou par la contribution qu’elles ont apportée au rayonnement des arts et des lettres en France et dans le monde. Celui des Palmes Académiques, instituée en 1955, honore les membres actifs de la communauté éducative ainsi que les personnalités contribuant à l’expansion de la culture française dans le monde. Enfin, l’Ordre national du Mérite a été institué par le président Charles de Gaulle en 1963 pour récompenser les mérites rendus à la nation française.
Avant de remettre leurs insignes à M. Marek Bieńczyk, à M. Alojzy Nowak et à Mme Małgorzata Mańka-Szulik, j’évoquerai brièvement, comme le veut la tradition, les mérites propres qui leur valent d’être ainsi distingués par la France.

***

M. Marek Bieńczyk,
Vous êtes né à Milanówek, près de Varsovie. Très tôt, votre passion pour les belles lettres vous incite à entamer des études auprès de l’Institut de philologie romane de l’Université de Varsovie.

Votre vie professionnelle est partagée entre d’une part votre activité de chercheur en histoire de la littérature auprès de l’Institut de recherches littéraires de la PAN et d’autre part celle de conférencier en études littéraires et artistiques à l’université Jagellonne de Cracovie. Vous participez à cette occasion à la rédaction du trimestriel "L’Atelier du Roman", publié par Flammarion, et vous vous consacrez à l’activité de de romancier et essayiste, traducteur également, dont la renommée n’a cessé de grandir au fil des années.

Aujourd’hui en effet, vous êtes une figure majeure de la scène littéraire et intellectuelle polonaise. Auteur de nombreux essais et romans, dont deux ont été à ce jour traduits en français – Terminal et Tworki. Vous êtes également le traducteur de nombreuses œuvres francophones en polonais. Vous avez ainsi contribué à faire connaître en Pologne des auteurs majeurs de langue française comme Milan Kundera, Roland Barthes ou encore Cioran. Vous recevrez d’ailleurs en 2002 la médaille vermeil du Grand Prix de la Francophonie pour avoir « contribué de façon éminente au maintien et à l’illustration de la langue française  ».

Vous êtes par ailleurs nommé chevalier du Mérite agricole quelques années plus tard pour votre activité d’auteur de chroniques œnologiques, auprès de magazines comme Forbes, Magazyn Wino ou Kuchnia, ainsi que d’ouvrages sur le vin. Vous avez notamment coécrit le premier guide œnologique polonais, Wina Europy. J’ai à ce titre eu le privilège de vous accueillir à la résidence de France lors d’une dégustation de vin –et quels vins, des grands crus de Bordeaux- organisée à l’occasion du premier Salon francophone. Et je garde en mémoire le souvenir de cette érudition à la fois œnologique et littéraire, de votre talent de conteur magnifié par la passion du vin, de la narration inspirée de vos visites dans les châteaux les plus prestigieux du bordelais. On ne saurait alors s’étonner de votre talent à trouver dans notre pays l’inspiration pour vos deux passions, celle de la littérature et celle du vin. « Je ne sais toujours pas », écriviez-vous dans un texte publié cet été pour le 14 juillet pour le portail Wszystko Co Najważniejsze, « ce que j’aime et apprécie le plus chez les Français : leur faculté à mieux réfléchir, ou celle à mieux ressentir. Est-ce que ce sont leurs raisonnements hautement intellectuels qui me ravissent, ou plutôt leur épiphanie des sens ; ils disposent d’un don exceptionnel aussi bien pour ceci que pour cela. Vaut-il mieux qu’ils écrivent, ou bien qu’ils mangent et boivent ? Est-ce que le plus important, ce sont leurs œuvres écrites ou bien ce qu’ils versent dans mon verre ? Et en m’exprimant de façon métaphorique : est-ce plutôt Proust, ou le vin ? »

Et comment rester insensible à cette métaphore que vous inspire la dégustation d’un Château Haut-Brion 1989 ? « Ce vin était aussi beau qu’une phrase de Proust. Extraordinairement construit, harmonieux. Pour l’esthétique française classique, l’idéal est bien le suivant : rien de trop, dans ce vin – tout comme dans cette phrase de Proust – tout est agencé dans des proportions idéales. L’émotion était bien sûr sensuelle, mais en même temps, nous sentions que nous avions affaire à une construction artistique que l’on peut apprécier tout comme on apprécie des mots agencés de façon prodigieuse. Pour moi, c’est cela, la France : « voir plus clair dans mon ravissement », lorsque dans un bref instant de beauté sensuelle resplendit le génie humain ».

Spécialiste de la littérature polonaise de la période romantique mais également de la France contemporaine, vous entretenez en tant qu’écrivain des rapports nourris avec la littérature et la culture françaises. Ainsi, votre œuvre Książka twarzy [Le livre des visages], publiée en 2011, est un recueil d’essais autobiographiques où apparaissent des noms d’écrivains français comme Chateaubriand ou Baudelaire, aux côtés de joueurs de tennis ou d’acteurs célèbres. Ce livre vous vaudra d’ailleurs le très prestigieux prix Nike l’année suivante.

C’est ce parcours, illustration brillante de la vivacité des échanges littéraires entre nos deux pays, que la France a souhaité honorer en vous nommant chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

Marek Bieńczyk, au nom de la Ministre de la Culture et de la Communication, nous vous remettons les insignes de Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres.

***

M. le professeur, M. Alojzy Nowak,

Vous êtes né à Miechów, dans la voïvodie de Petite-Pologne. Vous entamez des études en économie auprès de la SGH, où vous obtenez une maîtrise. Vous poursuivez vos études et obtenez un doctorat en économie, puis votre habilitation à diriger des recherches, en 1995.

Professeur d’économie à l’Université de Varsovie, votre carrière d’enseignant-chercheur a fait de vous un spécialiste reconnu, tant en Pologne qu’à l’étranger, des relations économiques internationales, du secteur bancaire, de la gestion des risques, des marchés financiers et des marchés de capitaux. En 2002, sur l’initiative de l’Université de Varsovie, le titre de professeur titulaire vous est attribué.

Votre carrière vous a conduit à enseigner souvent à l’étranger, en tant que Visiting Professor, dans des universités ou écoles de commerce mondialement connues, telles que Cambridge au Royaume-Uni, Urbana-Champaign aux Etats-Unis ou Grenoble Ecole de Management en France. Votre réputation s’étend par ailleurs au-delà du cercle académique et universitaire, puisque vous êtes également le conseiller de nombreuses institutions financières ou institutions publiques et avez par ailleurs rédigé plusieurs rapports pour le ministère des Finances.

Depuis 2012, vous êtes le Vice-recteur de l’Université de Varsovie chargé des relations internationales et de la recherche. A ce poste, vous avez activement contribué à renforcer les liens entre cette Université et ses partenaires en France. Vous êtes en particulier un acteur essentiel de son engagement en faveur du Centre de civilisation polonaise de Paris-Sorbonne, et du développement de l’aide au Centre de civilisation française et d’études francophones de l’Université de Varsovie. Ayant été le témoin du développement de ce centre depuis mon arrivée, j’aimerais vous dire, et devant vos pairs ici présents, combien j’ai personnellement apprécié votre engagement, votre rigueur gestionnaire, votre autorité intellectuelle et votre amitié pour la France. Rien d’étonnant donc à ce que vous ayez eu le souci de travailler notamment sur des projets avec l’ENS-Ulm ou avec les Universités de Paris 1 et Paris 4.

Consciente de votre parcours et reconnaissante pour votre engagement constant en faveur du renforcement des liens dans le domaine de la recherche et de l’enseignement supérieur entre nos deux pays, la France a souhaité vous nommer officier de l’Ordre des Palmes Académiques.

Alojzy Nowak, au nom de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, nous vous remettons les insignes d’officier dans l’Ordre des Palmes Académiques.

Madame le Maire, Madame Małgorzata Mańka-Szulik,

Originaire de Zabrze, vous avez fait vos études à l’Université de Silésie à Katowice, où vous obtenez une Maîtrise de mathématiques. Vous devenez ensuite professeur de mathématiques et serez par la suite proviseur du Lycée d’Arts plastiques de votre ville de Zabrze - laquelle sera la première école d’art locale de Pologne.
Intéressée par l’action politique, vous décidez en 2002 d’être candidate à la mairie de Zabrze. Vous serez élue maire quatre ans plus tard. A ce poste, vous ne ménagez ni votre temps ni vos efforts au service de vos concitoyens, lesquels vous en sont reconnaissants en vous réélisant constamment depuis cette date. Les services que vous avez rendus à votre ville vous ont également value d’être désignée « Personnalité de l’année 2012 de la voïvodie de Silésie » par le quotidien régional Dziennik Zachodni, et d’être décorée entre autres de la Croix d’Or du Mérite polonais en 2011 et de la Médaille « Zasłużony dla kultury polskiej » l’année suivante.
Au-delà de votre engagement auprès de vos concitoyens, vous vous investissez également très activement en faveur de la coopération intercommunale franco-polonaise. Vous avez œuvré au renforcement des liens entre Zabrze et la ville française de Seclin, située dans le Nord-Pas-de-Calais, notamment à travers des échanges de bonnes pratiques en matière de politique publique. Vous avez également œuvré à renforcer la coopération décentralisée franco-polonaise dans les domaines du sport, de l’enseignement et de la recherche.
Par ailleurs, votre appartenance au bureau de l’Association des villes polonaises vous lie naturellement à l’Association française du Conseil des communes et régions d’Europe. Vous êtes enfin une partenaire fidèle de l’Alliance Française de Katowice dont vous soutenez le rayonnement en Silésie.
Conscient de votre engagement remarquable en faveur du renforcement de la coopération franco-polonaise, notamment sur le plan local intercommunal, dans cette Silésie si attachée à notre pays et à sa langue, le Président de la République a souhaité vous nommer Chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Małgorzata Mańka-Szulik, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes de Chevalier de l’Ordre National du Mérite./.

Dernière modification : 02/12/2015

Haut de page