Remise de décorations (16 avril 2015) [pl]

Remise de décorations à M. Dariusz Kołodziejczyk,
à M. Tomasz Michalski, à M. Konrad Niklewicz
et à Mme Barbara Bodalska-Mazur

(Résidence de France à Varsovie, le 16 avril 2015)



Mesdames et Messieurs, chers amis,

Si j’ai le plaisir et l’honneur de vous réunir ce soir à la Résidence de France, c’est pour rendre hommage à quatre personnalités de Varsovie qui ont contribué et qui contribuent de manière remarquable au rayonnement de la France en Pologne, avec un dévouement qui leur vaut ce soir d’être distinguées de l’Ordre national du Mérite.

Institué par le général de Gaulle en 1963, l’Ordre national du Mérite a vocation à récompenser les mérites éminents de ceux qui, de façon exemplaire, promeuvent l’image de de la France dans le monde et se font la voix des valeurs qu’elle défend.

Avant de remettre leurs insignes à M. Dariusz Kołodziejczyk, à M. Tomasz Michalski, à M. Konrad Niklewicz et à Mme Barbara Bodalska-Mazur, j’évoquerai brièvement, comme le veut la tradition, les mérites propres qui leur valent d’être ainsi distingués par la France.

***

Monsieur Dariusz Kołodziejczyk,

Passionné depuis votre jeunesse par la musique, c’est d’abord à la clarinette que vous vous consacrez, avant de vous lancer dans de brillantes études d’Histoire, auprès de l’Université de Varsovie, qu’une mention « Très bien » vient couronner dès la maîtrise. Dans le cadre de votre thèse de doctorat consacrée à la domination ottomane en Podolie, vous apprenez le persan, le turc et l’arabe, trois langues pour lesquelles vous obtenez des diplômes auprès de l’Institut d’études orientales en 1990, l’année même où vous recevrez votre titre de docteur.

Depuis, sans jamais cesser de partager votre savoir à l’Université de Varsovie, laquelle vous confère une habilitation à diriger des recherches, ainsi que plus récemment à l’Institut d’histoire de l’Académie polonaise des sciences (la PAN), vous vous engagez activement dans plusieurs associations de recherche – je pense bien sûr au Comité international d’études pré-ottomanes et ottomanes, dont vous êtes vice-président, mais aussi à l’International Association for Ottoman social and economic history. Vous êtes également membre du comité de rédaction de plusieurs revues d’histoire, certaines destinées au grand public, d’autres plus spécialisées.

Cela, vous le devez bien sûr au nombre et à la qualité de vos publications, dont plusieurs font autorité dans le domaine des études turciques et ottomanes et parmi lesquelles votre étude sur les relations diplomatiques entre le Khanat de Crimée et l’Union polono-lituanienne qui vous a valu le Prix du Premier ministre de la République polonaise. En France, votre renommée internationale a attiré l’attention d’institutions aussi prestigieuses que le Collège de France et l’Ecole des hautes études en sciences sociales.

Depuis votre nomination au poste de directeur de l’Institut d’histoire de l’Université de Varsovie, il y a trois ans, vous y soutenez activement la présence française, notamment dans le cadre de votre séminaire « histoire globale » ainsi qu’en développant la coopération avec le Collège de France. Vous êtes également l’auteur de la postface de l’édition polonaise de l’Histoire des Turcs du grand spécialiste français Jean-Paul Roux.

Aujourd’hui, ce n’est donc pas seulement à votre brillante carrière universitaire et à votre engagement dans le débat d’idées historique, mais aussi à votre contribution remarquable à la coopération scientifique entre nos deux pays et à une meilleure connaissance en Pologne des apports français dans le domaine des études turques que la France souhaite rendre hommage en vous remettant les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Dariusz Kołodziejczyk, au nom du Président de la République française, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

***

Monsieur Tomasz Michalski,

Francophone dès votre plus tendre enfance, où vous grandissez dans un milieu attaché à la langue et à la culture française, vous étudiez l’organisation et la gestion à l’Université de Varsovie et y obtenez un diplôme de maîtrise. Après vos études, vous décidez dans un premier temps d’entamer votre carrière dans le secteur privé où vous aurez l’occasion de travailler en milieu francophone, puisque votre travail vous amène alors régulièrement en Afrique du Nord.

En 1998, vous rejoignez le secteur public, en intégrant le ministère des Transports, de la Construction et de l’Economie Maritime. Vous ne le quitterez plus et vous embrassez une carrière fructueuse dans cette administration si essentielle au développement de la Pologne. Vous décidez alors de mettre au profit de votre pays les excellentes compétences techniques et les grandes qualités humaines qui feront de vous un brillant administrateur et un grand commis de l’Etat.

Au sein du Ministère, vous occupez d’abord des postes de gestion dans les départements de l’administration, du transport routier, du transport automobile avant d’intégrer le Cabinet du ministre. Devenu, par la suite, directeur adjoint au Département de la politique des transports et des affaires internationales, vous en prenez la direction en 2009.

Ces fonctions vous conduisent, au fil des années, à devenir le principal interlocuteur de cette Ambassade au sein de votre Ministère. Depuis, vous n’avez jamais cessé de prodiguer un soutien précieux à toutes les actions de cette Ambassade visant au renforcement de la coopération franco-polonaise en matière de transport. Soucieux de la modernisation des infrastructures de votre pays, notamment à la suite de son entrée au sein de l’Union européenne, et sensible à l’expertise française dans ce domaine, vous vous êtes investi sans relâche afin de redynamiser les groupes de travail franco-polonais en liaison avec les différents services spécialisés du Ministère des Transports. L’excellente qualité de la coopération économique et technique entre nos deux pays vous doit ainsi beaucoup.

Aujourd’hui, outre votre carrière exceptionnelle, c’est avant tout la disponibilité et l’engagement constant dont vous avez fait preuve en faveur de la coopération entre nos deux pays dans le domaine des transports que la France entend saluer en vous remettant les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Tomasz Michalski, au nom du Président de la République française, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

***

Monsieur Konrad Niklewicz,

Passionné par l’actualité, la politique et les relations internationales dès votre plus jeune âge, vous suivez des études à l’Université de Varsovie pour y obtenir un diplôme en relations internationales. Dès cette époque, vous exercez en parallèle l’activité de journaliste spécialisé dans les affaires juridiques et politiques pour le mensuel anglophone The Warsaw Voice, puis pour l’hebdomadaire juridique Prawo i Zycie.

Dès 1998, vous travaillez pour le célèbre quotidien Gazeta Wyborcza où vous traitez des questions européennes, tantôt depuis Varsovie, tantôt depuis Paris ou Bruxelles, en y étant le correspondant local de votre journal. Votre activité de journaliste comporte dès lors une forte dimension européenne, comme en témoigne votre participation à plusieurs formations sur le continent, tantôt à la fondation « Journalistes en Europe » à Paris, tantôt à celle de l’agence Reuters « Writing International News » à Londres. Vous n’avez alors de cesse de promouvoir l’idée européenne dans votre pays en faisant connaître au public polonais, en particulier lorsque la Pologne préparait son entrée dans l’Union européenne, le fonctionnement de cette dernière et de ses institutions, les questions et les débats qui la traversent ainsi que la position qu’y défend la France.

En ce sens, votre nomination en 2011 comme porte-parole de la Présidence polonaise du Conseil de l’Union européenne, charge que vous cumulez alors avec celle de directeur-adjoint du Centre d’information du Gouvernement, n’est pas tant un point de rupture dans une carrière jusque-là essentiellement journalistique, que le couronnement d’un engagement constant et remarquable en faveur de l’idée européenne. Idée que nos deux pays ont en partage.

Nommé sous-secrétaire d’Etat au Ministère du Développement régional l’année suivante, vous y exercez alors les fonctions de sous-secrétaire d’Etat en charge des dossiers économiques et européens ainsi que de la coopération internationale. Vous poursuivez à ce poste l’engagement qui est le vôtre depuis près de vingt ans maintenant en faveur de l’idéal européen. De 2013 à 2014, vous êtes conseiller à la Chancellerie du Premier ministre. Interlocuteur précieux de cette Ambassade, vous avez constamment œuvré au renforcement des liens entre nos deux pays, en faveur notamment de l’idéal européen.

Aujourd’hui, c’est cet engagement en faveur de cet idéal ainsi que votre travail pour sa diffusion en Pologne que la France entend récompenser en vous remettant les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Konrad Niklewicz, au nom du Président de la République française, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

***

Mme Barbara Bodalska-Mazur

Après des études en sociologie auprès de l’Université de Varsovie, vous y devenez enseignante-chercheuse, avant d’exercer par la suite les fonctions de maître-assistante auprès de l’Académie de médecine de Varsovie.

Après vingt brillantes années consacrées à l’enseignement supérieur, vous décidez en 1991 d’embrasser une carrière de journaliste. Cette seconde carrière, que vous avez abordée en autodidacte, vous l’entamez avec l’aide de l’Ecole Supérieure de Journalisme de Lille, où vous effectuez un stage, puis de séminaires, que vous suivez à Bruxelles et Strasbourg. Vous y manifestez un intérêt tout particulier pour les questions européennes qui marquera toute votre carrière de journaliste.

Vous participez ainsi à la fondation de l’une des premières radios privées de la Pologne indépendante, Radio Zet, et êtes pendant plusieurs années en charge des questions européennes à Polskie Radio, avant d’exercer les mêmes fonctions à l’Agence Polonaise de Presse (PAP). Pendant les douze années que vous y passez, vous n’avez eu de cesse de d’expliquer au public polonais les travaux du Parlement européen, toujours disposée à lui présenter les positions de la France dans les grandes débats qui traversent l’Union européenne. C’est tout le sens du très beau projet EuroPAP, ce portail Internet que vous avez pendant plus de dix ans alimenté au sein de la PAP, jusqu’à en devenir rédactrice en chef, et où vous avez pris soin d’exposer, de manière riche mais accessible, les enjeux de l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne, avec pour objectif constant la meilleure compréhension des débats à Bruxelles par le public polonais.

Toujours animée d’un vif intérêt pour notre pays, vous n’avez jamais manqué, lorsqu’une décoration était remise à une personnalité polonaise dans cette Ambassade, ou encore dès qu’une haute personnalité, un ministre ou Premier ministre français, voire le Président de la République, se rendait en Pologne, d’en assurer une couverture médiatique de grande qualité, nouant ainsi avec mes prédécesseurs une étroite relation de travail, particulièrement fructueuse pendant les deux Présidences françaises du Conseil de l’Union européenne en 2000 et en 2008.
Aujourd’hui, c’est donc à la grande carrière journalistique d’une amie fidèle de notre pays, toujours engagée au service des relations d’amitié franco-polonaises, que la France souhaite rendre hommage en vous remettant les insignes d’officier de l’Ordre national du Mérite.

Mme Barbara Bodalska-Mazur, au nom du Président de la République française, nous vous remettons les insignes d’officier de l’Ordre national du Mérite./.

Dernière modification : 17/04/2015

Haut de page