Remise de décoration à M. Boguslaw Sonik [pl]

Remise de décoration à M. Boguslaw Sonik
(Consulat Général de France à Cracovie, le 28 septembre 2015)

Monsieur le Ministre,
Messieurs les Députés,
Madame la vice-Présidente,
Monsieur le Président du Conseil municipal,
Mesdames et Messieurs les Directeurs,
Monsieur le Consul Général,
Mesdames et Messieurs, chers amis,

Si j’ai le plaisir et l’honneur de vous réunir ce soir au Consulat Général de France et à l’Institut Français à Cracovie, c’est pour rendre hommage à une éminente personnalité de cette ville qui a contribué et qui contribue de manière remarquable au rayonnement de la France en Pologne, avec un dévouement qui lui vaut ce soir d’être distinguée de l’Ordre national du Mérite.

Institué par le général de Gaulle en 1963, l’Ordre national du Mérite a vocation à récompenser les mérites éminents de ceux qui, de façon exemplaire, promeuvent l’image de de la France dans le monde et se font la voix des valeurs qu’elle défend.

Avant de remettre ses insignes à M. Boguslaw Sonik, j’évoquerai brièvement, comme le veut la tradition, les mérites propres qui lui valent d’être ainsi distingué par la France.

***

Monsieur le Député, cher Monsieur Boguslaw Sonik,

Originaire de Cracovie, vous effectuez vos études à l’Université Jagellonne, où vous obtenez une Maîtrise en droit. Vous devenez très vite un opposant farouche au régime communiste, ce qui vous conduit à fonder en 1977 avec quelques amis, dont Bronislaw Wildstein et Liliana Batko, votre future épouse, la section des étudiants de Solidarnosc (SKS) - soit trois ans avant la fondation de Solidarnosc de Gdansk. Vous êtes interné par la police politique, le 13 décembre 1981, pendant l’Etat de siège et l’appartement de Liliana Batko devient le quartier général de la résistance estudiantine à Cracovie.

Vous êtes contraint à quitter la Pologne en 1983 pour la France, pays hospitalier pour les réfugiés polonais de l’époque, où vous poursuivez votre cursus académique à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et suivez notamment les cours du politologue René Rémond, grande figure intellectuelle française très impliquée dans les relations avec la Pologne. Après la chute du communisme, vous choisissez de rester plusieurs années en France et vous devenez le premier Directeur de l’Institut polonais de Paris de la Pologne libre. Vous faites de cet espace de la rue Jean Goujon une véritable plateforme pour le débat d’idées et pour les échanges artistiques entre la Pologne et la France et vous invitez tous les grands créateurs polonais au rang desquels Kieslowski, Preisner, Polanski, mais aussi les grandes personnalités politiques comme Alexander Hall et beaucoup d’autres. Vous établissez et tissez de nombreuses relations, notamment avec la ville de Paris et l’association Le pont Neuf, présidée par Bernadette Chirac, qui travaille en direction des pays de l’Europe centrale et orientale. La France, consciente de votre engagement et de votre action de « passeur » de cultures entre la Pologne et la France, vous nomme ainsi en 1993 chevalier des Arts et des Lettres.

A votre retour en Pologne, vous décidez de vous consacrer à la politique, tout d’abord en tant qu’élu de la diétine de Petite-Pologne dont vous êtes président pendant plusieurs années. Vous vous impliquez avec force dans l’événement Cracovie capitale européenne de la culture en 2000 qui fut un succès sans précédent et à l’origine de bien des nouvelles structures culturelles comme le bureau des festivals. En 2004, vous êtes élu député au Parlement européen, assemblée au sein de laquelle vous siégez pendant deux mandats. Vice-président de la commission sur l’environnement du Parlement, vous ne ménagez pas vos efforts. Votre travail vous vaut ainsi de recevoir le prix MEP Awards.

De vos années passées en France, vous avez conservé des liens durables avec notre pays, et fait la connaissance de nombreuses personnalités françaises des milieux les plus divers, notamment dans les médias et dans les sphères politiques et culturelles. Ce réseau d’une grande richesse a permis des échanges fructueux qui ont assuré le développement de projets communs entre la France et la Pologne - dont vous vous êtes du reste fait l’avocat. Par ailleurs, vous avez été très actif en tant que député européen pour maintenir la langue française au cœur du fonctionnement des institutions européennes, ce dont nous vous savons gré.

C’est pour toutes ces raisons, pour votre courage face à l’oppression, pour votre fidélité à des valeurs universelles qui sont aussi celles que professe la France, pour ces ponts que vous avez eu à cœur de jeter entre nos nations, nos cultures et nos citoyens, pour votre contribution au renforcement des relations franco-polonaises - en France d’abord, puis en Pologne, notamment dans la région de Cracovie, aussi bien qu’au cœur des institutions européennes, c’est pour ces raisons que le Président de la République a décidé de vous nommer Commandeur dans l’Ordre National du Mérite.

Boguslaw Sonik, au nom du Président de la République, j’ai l’honneur de vous remettre les insignes de Commandeur dans l’Ordre National du Mérite./.

Dernière modification : 29/09/2015

Haut de page