Ouverture de la conférence « Ville durable, satisfaction des citoyens, attractivité pour les touristes et investisseurs : les enjeux du transport et de la rénovation de l’habitat

Discours de l’Ambassadeur à l’occasion
de l’ouverture de la conférence « Ville durable, satisfaction des citoyens, attractivité pour les touristes et investisseurs : les enjeux du transport et de la rénovation de l’habitat »
11 juin 2014, Lublin

Monsieur le Maire,
Mesdames, Messieurs,

C’est un grand plaisir pour moi de revenir à Lublin pour ouvrir ce séminaire franco-polonais d’échanges de bonnes pratiques en matière de ville durable. Nous avions abordé cette idée avec Monsieur le Maire lors de mon précédent déplacement et je suis heureux de voir qu’elle se concrétise aujourd’hui : merci pour votre accueil et l’organisation commune de cet événement.

Les villes représentent en Europe 70% de la population totale et 85% de la richesse créée. Elles sont aussi responsables de 70% des émissions de gaz à effet de serre de notre continent. Les foyers urbains jouent par conséquent un rôle moteur sur le chemin du développement durable et de la lutte contre le réchauffement climatique.

Varsovie a été l’an dernier la ville hôte de la COP 19, grande conférence des Nations Unies consacrée à cette thématique. Lima accueillera la suivante dans quelques mois puis ce sera au tour de Paris d’organiser en décembre 2015 un nouveau sommet qui devrait cette fois déboucher sur la conclusion d’un accord global et contraignant afin d’endiguer le phénomène du réchauffement climatique. C’est en tout cas l’objectif que la France s’est fixée.

En complément de ces négociations internationales menées dans le cadre de l’ONU, notre diplomatie climatique œuvre sur le terrain pour promouvoir des solutions qui permettent de façon concrète de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les deux axes du séminaire d’aujourd’hui – le bâti et le transport – sont en effet les secteurs les plus fortement émetteurs.

Toutefois, je tiens immédiatement à ajouter que les efforts entrepris pour rendre nos villes plus durables répondent à d’autres défis que le seul réchauffement climatique.

Favoriser le recours aux transports en commun, au vélo et à la marche à pied, c’est aussi rendre nos villes plus agréables, diminuer notre exposition aux gaz toxiques et améliorer notre condition physique. C’est également gagner de l’espace dans les centres urbains et réduire le temps perdu dans les embouteillages au bénéfice à la fois des citoyens et des entreprises. Selon la Commission européenne, l’encombrement des routes nous coûte en effet à l’échelle de l’Union 1% de PIB.

Améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments participe non seulement à la diminution de leur consommation énergétique – soit autant d’économies pour leurs occupants – mais peut aussi contribuer à préserver un patrimoine architectural ancien qui fait la fierté et l’attractivité des villes européennes. Avec son centre historique, Lublin en fournit une belle illustration.

Notre ambassade a inscrit au nombre de ses priorités le développement durable des villes. Est-ce la mission d’une ambassade, me demanderont certains, que de s’occuper du développement urbain ? Je répondrai sans ambages par l’affirmative. Car le développement durable est pour nous, en France, bien plus qu’une ardente obligation, c’est un bien public qui ordonne nombre de nos politiques publiques, depuis des années du reste. Nos propres villes, nos régions, mais aussi nos entreprises ont imaginé, produit et mis en œuvre des solutions pour mieux vivre en ville. Comme vos villes, régions et entreprises, du reste. Quoi de plus naturel, donc, que d’échanger ces expériences, ces savoir-faire, ces bonnes pratiques. Voilà qui me paraît un terrain fertile pour enraciner notre coopération bilatérale, faire se rencontrer nos experts et nos élus, apprendre les uns des autres, réfléchir aux solutions les plus efficaces, et même les appliquer ensemble, car les entreprises françaises les plus performantes à cet égard sont aussi des entreprises polonaises, qui ont prospéré ici grâce au talent, à l’ingéniosité, au savoir-faire des ouvriers, techniciens et ingénieurs polonais.

Car si les pouvoirs publics peuvent favoriser les initiatives en créant un cadre incitatif, les ressources technologiques et financières proviendront sans doute davantage du secteur privé. C’est la raison de la participation d’entreprises au séminaire d’aujourd’hui - et je les salue – aux côtés de représentants d’organes publics français et polonais, dans une logique de partenariat.

En conclusion, je tiens à remercier une nouvelle fois le maire de Lublin, M. Krzysztof Żuk, pour avoir accepté d’organiser en commun cet événement. Je remercie également les intervenants qui ont fait le déplacement de Strasbourg, de Paris, de Lille et de Varsovie pour dialoguer avec les représentants des autorités publiques de la région de Lubelskie et partager leur expérience.

Je formule le vœu que ces échanges soient fructueux et débouchent sur de nouvelles coopérations institutionnelles et économiques entre nos deux pays. Je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 13/06/2014

Haut de page