#Nice : "La France ne cédera pas à la menace terroriste"

Manuel Valls a pris la parole à l’issue du Conseil restreint de défense et de sécurité qui s’est réuni, vendredi 15 juillet 2016, à la suite de l’attentat survenu à Nice. Le Premier ministre a rappelé les mesures décidées dans la nuit, dont le maintien à son niveau maximal de l’opération Sentinelle et la prorogation de l’état d’urgence pour trois mois supplémentaires. Il a également indiqué qu’un deuil national a été déclaré pour les 16, 17 et 18 juillet.

JPEG

"La France a une nouvelle fois été frappée par un acte terroriste, lâche et inhumain. Et nos pensées dans ce moment très difficile vont aux victimes et à toutes ces familles touchées par ce drame insoutenable ; vont aussi vers la ville de Nice où nous nous rendrons dans un instant avec le président de la République", a déclaré Manuel Valls.

"L’urgence, c’est bien sûr l’accueil des familles et la restitution des dépouilles de leurs proches après l’identification", a-t-il expliqué. "L’ensemble des services de l’État sont mobilisés pour aider les familles et les accompagner dans ce moment particulièrement difficile, sur le plan médical, sur le plan psychologique."

Le Premier ministre a détaillé les mesures décidées en réaction immédiate à cet attentat :
- la cellule interministérielle de crise a été activée ;
- le département des Alpes-Maritimes a été placé au niveau "alerte attentat" du plan Vigipirate ;
- la section anti-terroriste du parquet de Paris s’est saisie de l’enquête ;
- la cellule interministérielle d’aide aux victimes a été activée.

Le président de la République a en outre décidé le maintien à son niveau maximal de l’opération Sentinelle, ainsi que le recours à la réserve opérationnelle de premier niveau de la gendarmerie nationale. "Les effectifs supplémentaires ainsi mobilisés permettront de maintenir dans la durée un niveau de vigilance et de protection élevés", a indiqué Manuel Valls.

Un projet de loi permettant la prorogation de l’état d’urgence pour une durée de trois mois supplémentaires sera présenté en Conseil des ministres, après avis du Conseil d’Etat, mardi prochain pour que le Parlement puisse examiner ce texte mercredi et jeudi prochains.

Enfin, le président de la République a décidé un deuil national déclaré pour les 16, 17 et 18 juillet en hommage aux victimes. Les drapeaux seront mis en berne sur nos édifices publics dès le 15 juillet.

"Suite à ce conseil restreint de défense et de sécurité, nous voulons dire aux Français et avec beaucoup de force "nous ne céderons pas". La France ne cédera pas à la menace terroriste", a affirmé Manuel Valls. "La France a été frappée une nouvelle fois dans sa chair un 14 juillet, jour de notre Fête nationale. On a voulu atteindre l’unité de la Nation française. Alors la seule réponse digne, responsable, de la France, sera celle qui restera fidèle à l’esprit du 14 juillet. C’est-à-dire celui d’une France unie et rassemblée autour de ses valeurs ; et nous ferons bloc. C’est la seule exigence qui vaille aujourd’hui."

Dernière modification : 22/09/2016

Haut de page