Le jardin à la française, un modèle hors du temps

Le 400ème anniversaire de la naissance d’André Le Nôtre donne lieu à des célébrations qui témoignent de l’importance du jardinier de Louis XIV. Attractions touristiques majeures, les jardins à la française ont essaimé dans le monde entier et demeurent une source d’inspiration.

JPEGNé en 1613, André Le Nôtre fut le jardinier du roi Louis XIV de 1645 jusqu’à sa mort en 1700. On doit à ce paysagiste architecte, maître du dessin et de la composition, les jardins du château de Versailles, mais aussi ceux des châteaux de Vaux-le-Vicomte, de Chantilly, de Saint-Germain-en-Laye, de Sceaux, de Compiègne, de Saint-Cloud, de Malmaison. Il aménagea également de nombreux espaces publics, notamment à Paris en concevant les jardins du Luxembourg et ceux des Tuileries.

Ces sites sont très fréquentés ; les jardins à la française séduisent particulièrement la population dans un pays où les jardins couvrent plus d’un million d’hectares ! Et ils ont largement franchi les frontières. Les jardins de Le Nôtre sont devenus une référence et toute l’Europe s’en est inspirée. Les parcs des Palais Royal de Caserte, en Italie, ou de La Granja, en Espagne, ceux du château de Schönbrunn, en Autriche, ou de Beloeil, en Belgique, en sont des exemples spectaculaires. Le Jardin d’été de Saint-Pétersbourg, est également une remarquable réalisation. Et le célèbre paysagiste continue d’exercer son influence de nos jours.

Les prouesses techniques de Le Nôtre ont mobilisé les ingénieurs et les artistes, ainsi que tous les métiers de l’aménagement d’espaces verts. Cette interdisciplinarité perdure aujourd’hui dans la formation des paysagistes. La modernité des réalisations de Le Nôtre réside essentiellement dans la fusion avec le paysage : l’horizon, la forêt, les allées, la cité. Les ressources d’un site sont également parfaitement analysées et utilisées : relief, vues, orientation, eau… Sa manière de créer des liens, des continuités, d’établir des transitions, de mettre en relation les territoires, demeurent des sources d’inspiration tout à fait contemporaines. Le parc de Riem, à Munich, présente ainsi une véritable scénographie entre montagne, lac et colline. En Normandie, le décorateur Jacques Garcia a utilisé tous ces concepts pour recréer les jardins du château du Champ de Bataille.

Le visiteur ne perçoit pas toujours la conception avant-gardiste des lieux, mais il ressent aisément l’harmonie qui se dégage du jardin à la française. Il est frappé par l’esthétique régulière, souvent linéaire ; où les surfaces d’eau, intégrées dans les compartiments de verdure et les parterres symétriques, jouent un grand rôle. Le jardin à la française fait aussi appel à des aménagements importants : ingénierie hydraulique, orangeraie, pavillons. Le Nôtre a su exploiter les progrès de l’époque dans les domaines de l’optique, de l’hydraulique et de la topographie, comme l’emploi d’instruments de mesure qui mettent à sa portée des compositions géométriques complexes. La terrasse surélevée, les élévations végétales taillées, le format des murs qui corrigent les perspectives, mettent l’observateur en situation dans l’espace, créant illusion et effets d’optique. Les bosquets, aux recoins discrets, réservent d’innombrables surprises, la découverte d’endroits cachés et de nouvelles perspectives. Sous le classicisme et l’apparente austérité se révèlent ainsi une véritable scénographie et un indiscutable goût du spectacle, qui donnent leur pleine mesure avec les Grandes Eaux de Versailles, une féerie de fontaines et de jets d’eau sur fond musical à découvrir en se promenant dans les jardins du Château.

JPEGDès le début de ses travaux Le Nôtre a voulu maîtriser la nature pour en faire le symbole de la toute-puissance du monarque. Cet anniversaire est l’occasion de faire revivre le Grand Siècle, notamment à Versailles. De nombreuses manifestations sont d’ores-et-déjà programmées. Aux jardins du Château, le bassin de Latone et son parterre, sans doute l’œuvre la plus célèbre, sont restaurés. Pour la première fois, des millions de visiteurs pourront découvrir les différentes étapes de cette restauration, grâce à un belvédère. Le Bosquet du Théâtre d’Eau est ressuscité et le Bassin des Enfants Dorés retrouve sa dorure. On assiste au retour de sculptures monumentales de Pierre Puget : Milon de Crotone, Persée et Andromède, réalisées en moulage. Une application mobile Jardins de Versailles accompagne le visiteur, avec des parcours personnalisés. Le point d’orgue des festivités sera marqué, en juin et juillet, par des feux d’artifices, des jeux d’eau, des ballets, des représentations théâtrales… Et les amateurs prendront garde de ne pas manquer le cycle de conférences organisé par l’Ecole nationale supérieure du paysage sur l’actualité de Le Nôtre dans l’œuvre des paysagistes contemporains.

JPEG - 132.1 ko
© Château de Versailles, Christian Milet
JPEG - 199.3 ko
© Château de Versailles, Christian Milet

Sylvie Thomas

Direction de la Communication et de la Presse
Sous-direction de la Presse
Ministère des Affaires étrangères

www.ecole-paysage.fr
http://www.chateauversailles.fr

Dernière modification : 31/07/2013

Haut de page