La coopération technique

Présentation

Le secteur de la coopération technique a pour objectif de promouvoir l’expertise et les solutions françaises en initiant des partenariats entre la France et la Pologne au niveau des administrations centrales, des collectivités locales et des organisations de la société civile. Le contenu de ces échanges a varié en fonction des époques : jumelages entre communes sous la guerre froide, accompagnement des transformations politiques et économiques consécutives à la fin du régime communiste en Pologne, stratégie de pré-adhésion à l’Union européenne afin de transposer l’acquis communautaire et d’assurer sa bonne application.

Avec l’entrée de la Pologne dans l’UE le 1er mai 2004 et, de façon plus générale, la réussite de la transition amorcée quinze ans plus tôt, les relations franco-polonaises dans le domaine de la coopération technique se sont recomposées au profit d’échanges à la fois plus équilibrés, plus ciblés et plus ponctuels.

Si les accords de coopération décentralisée demeurent nombreux à tous les échelons administratifs (régions, départements et communes), c’est désormais la logique de projet qui prévaut et, dans son sillage, la participation à des initiatives multilatérales financées par les programmes de l’Union européenne.

La convergence à l’œuvre au sein de l’UE contribue également à rapprocher les problématiques en France et en Pologne et parmi elles, la compétitivité est devenue un thème majeur de coopération. Pour l’une comme pour l’autre, les choix de politique économique, les réglementations environnementales et les décisions d’infrastructures ont un effet décisif sur l’attractivité d’un territoire en termes d’investissements, d’emplois et de qualité de vie alors que dans le même temps, la concurrence s’intensifie au niveau européen comme mondial.

Pour y faire face, la Pologne peut compter sur de très importants fonds européens : avec 67 milliards d’euros sur la période 2007-2013 et près de 73 milliards attribués par le prochain Cadre financier pluriannuel 2014-2020 (montant non définitif), elle est de loin le premier bénéficiaire de la Politique de cohésion de l’UE. Cette enveloppe représente un levier majeur de convergence et de modernisation du pays et permet non seulement de financer de grands projets structurants (voies de communication, réseaux d’eau, équipement scientifique et de recherche …) mais aussi des investissements dans le « capital humain » au travers de formations et du soutien à l’entreprenariat.

Le secteur de la coopération technique organise en conséquence des rencontres, des conférences et des séminaires de formation au cours desquels des experts présentent et promeuvent les solutions choisies par la France pour répondre aux grands défis de notre époque. Ces événements sont régulièrement préparés en collaboration avec d’autres services de l’Ambassade comme Ubifrance ou le Service économique régional (SER) et peuvent donc aussi déboucher sur le développement de partenariats économiques ou technologiques dans les secteurs d’avenir. En d’autres termes, c’est le savoir-faire français dans son ensemble, public et privé, qui est valorisé sous un même drapeau, en phase avec la priorité du Ministère attribuée à la diplomatie économique.

Les trois niveaux d’intervention de la coopération technique sont :

- la gouvernance et le renforcement des capacités des administrations centrales (nucléaire civil, gestion des fonds structurels, pôles de compétitivité ...) ;

- l’établissement et la densification de liens entre collectivités et le soutien aux échanges techniques (gestion des déchets communaux, aménagement urbain, développement des transports publics urbains ...) ;

- la multiplication des contacts et des échanges entre organismes de la société civile (lutte contre le SIDA en faveur des pays tiers, promotion commune des droits de l’Homme et de l’Etat de droit dans les pays du voisinage de l’UE, formation professionnelle …).

Champs de coopération

Les deux dernières années ont vu des coopérations éclore ou s’épanouir en particulier dans les domaines de la gestion des déchets municipaux, de la gestion de l’eau et de la prévention des inondations, de l’aménagement urbain, de la promotion des pôles de compétitivité et de la lutte contre le SIDA. L’année 2012 a également été marquée par l’exposition à Łódź des pièces de Futurotextiles, une collection destinée à faire découvrir au grand public les textiles intelligents et leurs applications pratiques. Adossée à la Fashionweek, événement majeur de la mode en Pologne, elle a rencontré un grand succès et a permis de valoriser la créativité et l’innovation de l’industrie française.

Ces thèmes sont pour l’essentiel maintenus en 2013, avec cependant une réflexion plus large sur la ville de demain et ses déclinaisons en matière d’écoconstruction, de transport et de retraitement des déchets. Le cinquantième anniversaire de la signature du traité de l’Elysée entre la France et l’Allemagne est enfin l’occasion d’associer davantage les autorités allemandes dans les projets franco-polonais afin de donner plus de corps au triangle de Weimar.

Dernière modification : 04/04/2013

Haut de page