Inauguration du Centre Informatique de Świerk [pl]

Discours de M. l’Ambassadeur
(13 novembre 2014, site NCBJ de Świerk)

Madame le Ministre,
Monsieur le Directeur,
Mesdames et Messieurs les Professeurs,
Mesdames et Messieurs,

C’est un honneur pour moi de représenter la France à l’inauguration du Centre Informatique de Świerk. Permettez-moi de vous féliciter, Monsieur le Directeur, pour l’ouverture de ce centre, d’une puissance informatique inégalée en Pologne, qui renforce encore le statut du NCBJ comme l’un des leaders de la recherche polonaise et comme acteur majeur de la recherche nucléaire en Europe. Ce centre sera bien sûr, dans les années à venir, indispensable à la montée en puissance du Programme Nucléaire Polonais. Mais il est également le signe de la volonté de la Pologne de participer à l’aventure internationale de la recherche fondamentale et de se donner les moyens de l’innovation, qui permettra de maintenir le rythme élevé de développement économique que de nombreux pays vous envient.

Le transfert de codes de calculs fait partie du soutien scientifique et institutionnel de la France au Programme Nucléaire Polonais. Il y a deux ans et demi, le NCBJ et le CEA ont signé un accord de licence pour le transfert de plusieurs codes de calculs nucléaires français, qui pourront désormais être utilisés avec bénéfice sur la nouvelle machine du Centre Informatique de Świerk.

Grâce à ce nouveau Centre Informatique, les capacités expérimentales du NCBJ, déjà élevées, se trouvent désormais renforcées par une puissance de calcul d’aussi grande capacité. Nous le savons, calculs et expériences sont les deux facettes de la recherche, nucléaire en particulier, et sont complémentaires, comme le nouveau Centre Informatique sera complémentaire du réacteur expérimental MARIA. Je note d’ailleurs avec joie que le CEA et le NCBJ ont fait un choix similaire, celui de la technologie Bull, pour leurs centres de calcul, à Świerk comme à Saclay.

Le Parlement français a voté le mois dernier une loi très importante pour soutenir la transition énergétique de notre pays. Je tiens à souligner que l’énergie nucléaire restera l’un des deux piliers de notre mix énergétique, l’autre étant les énergies renouvelables, que nous espérons fortement développer en France. Dans ce cadre, permettez-moi de rappeler que la France est et restera une très grande puissance nucléaire et que notre soutien au Programme Nucléaire Polonais et au développement des capacités de recherche nucléaire en Pologne est plus fort que jamais.

Je suis heureux d’accompagner ici M. Hervé Bernard, Administrateur Général Adjoint du CEA, et de constater que la collaboration entre le NCBJ et le CEA n’a jamais été aussi intense et fructueuse. J’en veux pour autre preuve les transferts de codes, les projets de recherche menés dans le réacteur MARIA et plus tard dans le futur réacteur Jules Horowitz en France. Mais le NCBJ et le CEA nourrissent également d’autres ambitions, plus grandes encore, avec pour horizon la création d’un partenariat stratégique renforcé ayant pour cadre le futur Laboratoire National de l’Energie Nucléaire polonais. Un « Memorandum of Understanding » entre les deux instituts a d’ailleurs été signé début septembre à ce sujet, qui se trouve au cœur de la visite de M. Bernard aujourd’hui. Le CEA, si je puis parler en son nom, entend s’associer avec le NCBJ pour créer un centre d’excellence et, de ce fait, une structure de recherche commune, de dimension européenne et de classe mondiale. En poursuivant une stratégie commune, en partageant l’expertise et l’usage des infrastructures qui sont les leurs, je suis persuadé que les deux instituts sauront développer ensemble des projets du plus haut niveau et qu’attendent nos deux pays.

Dernière modification : 14/11/2014

Haut de page