Inauguration de l’exposition « Napoléon et la légende des Arts » [pl]

_ Discours de l’Ambassadeur de France en Pologne, M. Pierre Buhler
Exposition « Napoléon et la légende des Arts »
11 septembre 2015

Madame la Ministre,
Monsieur le directeur du Musée du Château royal,
Monsieur le directeur du Musée de Compiègne,
Chers amis,

Je souhaiterais en premier lieu remercier chaleureusement notre hôte, M. Andrzej Rottermund, de nous accueillir aujourd’hui dans le Château Royal de Varsovie, symbole de l’identité nationale, de la culture et de l’histoire de la Pologne pour y inaugurer la magnifique exposition, « Napoléon et la légende des Arts ».

Ce projet d’envergure dont le premier volet s’est tenu à Compiègne du 24 avril au 27 juillet 2015, est le produit, certes, d’une coopération ancienne et exemplaire entre deux institutions prestigieuses, mais il est également le fruit d’une amitié entre deux grands muséographes, l’un français, l’autre polonais, qui ont réalisé ensemble par le passé plusieurs grands projets – tel que celui de la superbe exposition « Ombres et lumières, quatre siècles de peinture française » en 2005 au château royal

C’est la première fois, à ma connaissance, qu’une exposition consacrée exclusivement au style Empire est organisée en Pologne, avec cette ampleur. Les Polonais associent essentiellement l’époque napoléonienne aux campagnes militaires, à la Grande Armée et au fait d’avoir pu retrouver, bien que de façon partielle et éphémère, leur indépendance grâce à la création du Duché de Varsovie. Il n’est donc pas fortuit que dans l’imaginaire collectif polonais, l’Empereur occupe une place très particulière et privilégiée, au point d’être cité dans l’hymne national et de faire partie des grands hommes préférés des Polonais.

De Napoléon, on connaît bien le stratège, le héros de l’indépendance polonaise. On le connaît moins en tant que mécène, inspirateur de ce que l’on a appelé le « style Empire ». Architecture, peinture, sculpture et artisanat artistique : tous les arts sont convoqués pour signifier la puissance et la splendeur de la cour et de l’Empereur lui-même. A l’instar d’un Louis XIV, un siècle plus tôt, Napoléon contrôle et imprime son sceau à la création artistique pour faire rayonner la France dans le monde.

L’ambassade de France et l’Institut Français se sont associés sans réserves à cet événement majeur en soutenant la création, avec la Fondation Orange, d’une exposition virtuelle complémentaire à celle présentée au château à l’attention des jeunes publics.

Mais bien d’autres événements organisés par notre Institut Français viendront la nourrir et l’enrichir. Grâce à notre partenariat avec la Cinémathèque nationale polonaise, une rétrospective de films sur Napoléon sera ainsi organisée au cinéma Iluzjon. Et durant les quatre mois de l’exposition, le public pourra redécouvrir Napoléon à travers une dizaine de films signés Andrzej Wajda, Jerzy Skolimowski, Serge Bondartchouk ou encore Abel Gance.

Cette rétrospective consacrée à l’Empereur sera ouverte et close par deux adaptations de « Messire Thadée », le célèbre poème d’Adam Mickiewicz à qui nous devons cette citation qui saisit le mieux l’attitude des Polonais : « Dieu est avec Napoléon. Napoléon est avec nous ». La première de ces adaptations est celle d’Andrzej Wajda, la seconde, réalisée par Ryszard Ordyński, présentée en ciné-concert pendant la clôture de l’exposition, date de 1928 et a été soigneusement restaurée par la Cinémathèque Nationale.

Une série de conférence sera également organisée par l’Institut Français, en collaboration avec le Château Royal. C’est ainsi qu’en octobre Elisabeth Ponsolle des Portes, Présidente du comité Colbert, prononcera une conférence sur « Le luxe et les arts décoratifs au service du rayonnement de la France », tandis qu’en novembre Jean-Marie Rouart, de l’Académie Française évoquera son dernier livre sur Napoléon et qu’en décembre Emmanuel Starcky viendra à son tour évoquer la modernité du style Empire.

Pour conclure, je souhaite de nouveau et avec force saluer cette initiative conjointe du Musée du Château Royal de Varsovie et du Château de Compiègne, de leurs directeurs comme de leurs commissaires, la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais, l’association de la Légion d’Honneur et les remercier d’avoir mené à bien ce magnifique événement qui assurément fera date. Il illustre en effet de manière remarquable combine notre relation bilatérale est ancrée profondément dans l’histoire et la culture.

Je voudrais enfin saisir cette occasion pour remercier très chaleureusement la ministre polonaise de la Culture qui a beaucoup soutenu cette exposition ainsi que la directrice des Musées de France.

Dernière modification : 11/09/2015

Haut de page