Inauguration de l’exposition « Entre la Terre et l’Espace » du CNES 26 mai 2014 [pl]

Inauguration de l’exposition « Entre la Terre et l’Espace » du CNES
26 mai 2014

Monsieur le directeur de la stratégie, des programmes et des relations internationales du CNES,

Mesdames, Messieurs,

Je voudrais tout d’abord vous dire à quel point je suis heureux de recevoir toutes les personnalités qui m’ont fait l’honneur de venir ici ce soir pour l’inauguration de cette exposition « Entre la Terre et l’Espace » présentée par le Centre National des Etudes Spatiales en partenariat avec l’Ambassade de France en Pologne et l’Institut français de Pologne.

J’en suis d’autant plus heureux que j’ai pu constater, au cours de mes nombreux déplacements, que l’image de la France n’est pas spontanément associée à l’innovation technologique. La France est d’ordinaire associée à la gastronomie, à l’art de vivre, et au tourisme et ce à juste titre puisque le « repas français » a été inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2010, et que la France est la première destination touristique dans le monde avec, en 2013, le chiffre record de 81,4 millions de visiteurs étrangers loin devant les Etats-Unis (62,7 millions), la Chine (57,6 millions), l’Espagne (56,2 millions) et l’Italie (46,1 millions).

Mais permettez-moi, à l’occasion de cette inauguration, de compléter cette image avec celle d’un pays d’innovations, en faisant quelques comparaisons avec d’autres pays. Je rappelle que selon l’étude « Top 100 Global Innovators » qui a été publiée au début du mois par Thomson Reuters, la France se place, comme pays d’innovation, au troisième rang derrière les Etats-Unis et le Japon. La France représente aussi la troisième destination des investissements directs étrangers (IDE) en Europe, et un rapport d’Ernst & Young, datant de 2012, voit mon pays comme le plus attractif pour les investissements étrangers dans le secteur industriel.

Cette exposition met en avant la France comme une puissance de l’industrie et de l’exploration spatiale, et met en lumière les innovations technologiques qui depuis plus de 50 ans sont produites par le Centre National des Etudes Spatiales avec l’appui de l’Etat français.

Le CNES a été créé à l’initiative du Président Charles de Gaulle, le 19 décembre 1961, pour fournir une structure chargée de coordonner et animer les activités spatiales françaises. Aujourd’hui, cet acteur majeur de l’Espace a un budget annuel de plus de 2 milliards d’euros, dont 755 millions d’euro pour la contribution française à l’agence spatiale européenne, l’ESA.

L’année 2013 a été marquée par de nombreux succès pour le CNES, dans chacun de ses cinq domaines d’intervention, mis en œuvre par ses quatre centres d’excellence : le Centre Spatial de Toulouse pour la conception des systèmes orbitaux, la Direction des Lanceurs pour le développement des systèmes de lancement, le Centre Spatial Guyanais pour la mise en œuvre des lanceurs européens et le Siège pour l’élaboration de notre politique spatiale, qui se décline autour des relations avec l’industrie spatiale, avec nos partenaires européens, dans le cadre de l’ESA et de la Commission et à l’international ; à cet égard, le CNES est un acteur majeur de notre diplomatie économique et a permis à notre industrie d’enregistrer de nombreux succès, dont le Directeur de la Stratégie du CNES, M. Duquesne ici présent, parlera mieux que moi.

La France, grâce au CNES, joue un rôle de premier plan dans le développement de coopérations internationales, sa participation à l’Agence spatiale européenne est considérable. Elle dispose d’un savoir-faire scientifique et technologique exceptionnel qui contribue à la création d’un espace scientifique européen au moyen duquel nous, les Européens, pouvons jouer notre rôle face aux défis globaux comme la gestion des biens publics mondiaux et le développement.

L’Espace est un terrain d’avenir pour nos sociétés, avec des avantages militaires évidents, mais surtout une innombrable série d’applications civiles comme : la lutte contre le réchauffement climatique, la prévention et la réduction des risques naturels, la gestion des ressources naturelles, l’aménagement du territoire et la protection de l’environnement, mais également la sismologie, la météorologie, l’océanographie, les télécommunications, la télé-médecine…

Dans le cadre de l’intensification des relations franco-polonaises et de la signature du nouveau programme de coopération bilatérale en novembre dernier, je souhaite vous signaler que, le spatial est l’un des domaines de coopération stratégique, d’autant plus que la Pologne a renforcé ses activités spatiales depuis ces 2 dernières années avec l’adhésion de la Pologne à l’ESA et lancement du 1er satellite polonais PW-Sat-1 en 2012.

Des coopérations entre la France et la Pologne dans le domaine du spatial existent, en particulier autour de la mission Taranis du CNES qui doit être lancée en 2015 pour l’étude du couplage magnétosphère-ionosphère-atmosphère.

J’appelle de mes vœux le renforcement de la coopération franco-polonaise dans un contexte de renforcement des relations entre l’ESA et l’Union Européenne, avec des programmes ambitieux, comme le programme de navigation spatiale Galileo ou encore un programme d’observation de la Terre dont le nom est cher à la Pologne, COPERNICUS.

La France sera également, avec le CNES, aux côtés des entreprises du secteur spatial polonais afin que ce secteur se développe pour accompagner la montée en puissance en Pologne dans ce secteur d’activité. Cet engagement va dans le sens du message porté par M. Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie, qui avec ses deux homologues du triangle de Weimar ont plaidé pour que sur le continent européen une industrie compétitive, innovante et créatrice d’emplois soit maintenue lors de la « Conférence Weimar économique » qui s’est tenue le 7 février à Cracovie.

En vous remerciant à nouveau de votre présence ici, je veux maintenant, sans plus tarder, donner la parole au représentant du CNES, M. Duquesne, directeur de la stratégie, des programmes et des relations internationales.

Dernière modification : 27/05/2014

Haut de page