Discours : soirée en l’honneur d’Andrzej Wajda à la Résidence de France [pl]

Discours de l’Ambassadeur de France
(samedi 14 septembre 2013)

Cher Andrzej Wajda, chère Krystyna, chers amis,

En tant qu’ambassadeur de France, je suis habitué à officier dans des cérémonies de remise de décoration à des Polonais éminents. Mais ce soir, permettez-moi de m’abstraire de ce rôle car notre hôte a déjà toutes les décorations possibles, Commandeur de la Légion d’honneur, Commandeur des Arts et Lettres… et il a même été élevé à l’immortalité – car nous avons en France ce pouvoir-là – puisqu’il est membre de l’Académie française des Beaux-Arts. Croyez bien que c’est un motif de fierté pour mon pays, dans sa tradition d’ouverture aux créateurs venus d’ailleurs, que d’avoir accueilli sous la coupole de l’Académie Française cette légende du cinéma qu’est Andrzej Wajda.

Je vous remercie chaleureusement d’avoir bien voulu vous joindre à Sylvie et moi-même pour rendre à son auteur – d’une manière plutôt informelle - l’hommage de l’amitié au cinéaste éminent à l’occasion de la sortie de son nouveau film, après la Mostra de Venise, où il a été accueilli par une ovation debout, et que nous sommes nombreux à vouloir voir, en attendant avec impatience sa première à Varsovie, la semaine prochaine.

Ce soir, je voudrais donc partager ce rôle qui est habituellement le mien avec ceux qui sont ici réunis, ses amis, ses acteurs, les représentants du monde des arts et de la culture, qui ont travaillé avec lui et qui ne lui mesurent ni leur amitié, ni leur admiration. Car je crois que l’amitié tout autant que l’admiration est le ciment de cette soirée autour de vous.

Cher Andrzej Wajda, je désire d’abord vous exprimer toute l’amitié et l’admiration de la France, car je ne crois pas qu’il y ait un autre pays, en dehors de la Pologne, qui vous voue des sentiments à la fois aussi forts et aussi fidèles. L’amitié et l’admiration de ceux qui sont ici réunis, que vous avez choisis, qui vous connaissent, et qui pourront peut-être nous faire partager un moment, une anecdote, une histoire, une expérience, qui éclaire telle ou telle facette de votre personnalité ou de votre œuvre.

Permettez-moi, à moi – qui opère surtout dans le registre des discours ennuyeux et quelque peu rigides - de m’effacer maintenant devant vos nombreux amis, qui ont tous quelque chose à dire, avec leurs mots, avec leur musique, avec leur sincérité.

Dernière modification : 16/09/2013

Haut de page