Discours de l’Ambassadeur à la conférence de presse d’annonce du Festival de la Francophonie 2017

Monsieur le Président du GADIF, cher Ambassadeur du Maroc, chers collègues, mesdames et messieurs, chers partenaires, chers journalistes,

Je suis heureux de participer ce matin au lancement du mois de la Francophonie. C’est d’abord une fête familiale à laquelle nous vous invitons à participer, celle d’une communauté de 57 pays, et 20 observateurs membres de l’Organisation internationale de la Francophonie, dont la Pologne, de près de 280 millions de locuteurs, 750 millions dans 30 ans. Des populations dont le français est le pays natal. Vous connaissez la célèbre et belle phrase de l’écrivain Albert Camus « je n’ai qu’une seule patrie, la langue française ».

C’est ensuite un message au monde, un message d’attachement à la diversité culturelle, au pluralisme linguistique, le refus de l’uniformisation, l’affirmation de la pluralité des expressions, des opinions, des croyances. Dans beaucoup de pays, le français a été la langue de la liberté, du combat pour la démocratie, les mots qui étaient comme des bouffées d’oxygène dans l’air raréfié du totalitarisme. Je sais combien cette signification est forte ici en Pologne, comme dans d’autres pays victimes du communisme. Les Alliances françaises, les Instituts français y étaient des lieux de liberté.

La francophonie est un trait d’union, une affirmation de la solidarité, en particulier avec le monde en développement, en, Afrique et ailleurs, pour favoriser la croissance, la sécurité, renforcer la démocratie. C’est clairement un message politique, contre le repli sur soi, l’enfermement, l’intolérance, les extrémismes.

Enfin, cette célébration de la francophonie porte aussi un message très concret, très professionnel. Sa maîtrise est aujourd’hui un avantage pour les nouvelles générations, pour tous ceux qui veulent travailler dans cette Afrique si prometteuse ou sur d’autres marchés francophones. Beaucoup en sont conscients. Je le constate lors de mes visites en région à la rencontre de jeunes Polonais.

L’Université de Silésie à Katowice et l’Université polytechnique à Łódź sont par ailleurs membre de l’Agence universitaire de la francophonie et proposent un parcours d’excellence francophone. Il existe à ce jour 32 sections bilingues en français dans le secondaire. Autant de dispositifs qui permettent aux jeunes Polonais de se doter d’outils complémentaires, pour enrichir leurs horizons personnels et professionnels.

Aujourd’hui aux côtés du Maroc, de la Belgique, de Wallonie-Bruxelles, de la Suisse, de la République démocratique du Congo, du Sénégal, du Canada, du Liban, du Luxembourg, de la Roumanie et de la Tunisie, nous avons le plaisir de faire vivre cette francophonie en Pologne.

Je suis heureux de constater l’intérêt croissant de la Pologne, comme l’a rappelé l’ambassadeur du Maroc avec la participation de la sous-secrétaire d’Etat Joanna Wronecka au sommet de l’OIF à Madagascar.

En conclusion, et avant de laisser la parole à Stanislas Pierret, directeur de l’Institut Français, pour avoir un avant-goût du programme des manifestations, permettez-moi de saluer l’action de notre Président du GADIF, l’ambassadeur du Maroc, mon ami Jouns Tijani, qui a, tout au long de l’année écoulée, œuvré pour le développement de la Francophonie en Pologne.

Je remercie également notre hôte, le restaurant Dekant, qui nous accueille aujourd’hui. Il fait partie des 158 restaurateurs polonais participant à l’opération « Goût / Good France » du 21 mars prochain.

Merci à tous pour votre attention et au plaisir de vous retrouver bientôt pour célébrer lors des nombreux évènements organisés à l’occasion.

Dernière modification : 24/02/2017

Haut de page