Discours de l’Ambassadeur à l’occasion de l’inauguration des Journées EADS en Pologne (2 décembre) [pl]

Monsieur Marco Miklis, Vice-président d’EADS,
Mesdames et Messieurs, les représentants de l’Agence polonaise pour l’Information et l’Investissement étranger, et du Centre national de Recherche et de Développement,
Messieurs les officiers généraux du département de la politique d’armement du Ministère de la Défense, l’Inspection de l’Armement et de l’Inspectorat des technologies innovantes technologie I3TO,
Chers collègues, Ambassadeurs d’Allemagne et d’Espagne, cher Rudiger et cher Agustin,

Je suis très heureux de cette possibilité qui m’est donnée d’ouvrir avec vous ces journées de présentation d’EADS en Pologne, qui se tiendront à Varsovie et à Lódź.

Le nom d’EADS vous est bien entendu très familier, il évoque tout de suite des associations avec de nombreux fleurons de l’industrie et de la technologie européennes : Airbus et Ariane bien entendu, mais aussi Eurocopter ou encore Cassidian. Depuis sa création en 2000, le groupe a su confirmer son statut de leader mondial dans le secteur de l’aérospatial et de la défense – la plus belle réussite industrielle de notre continent européen, indubitablement. EADS, c’est aussi un groupe à la dimension véritablement européenne, qui symbolise la volonté de nos pays de mettre en commun ce que nous avons de meilleur pour faire de l’Europe un acteur de premier plan en ce domaine. La présence à mes côtés de mes collègues les ambassadeurs d’Allemagne et d’Espagne le confirme.

Je me réjouis donc du fait qu’EADS ait déjà un ancrage solide en Pologne, notamment à travers l’usine aéronautique PZL « Warszawa-Okęcie », que j’ai visitée récemment et dont j’ai pu constater qu’elle constituait une véritable réussite, puisqu’elle produit, entre autres, des éléments des Airbus A-320 et A-330 selon les meilleurs standards et processus industriels en vigueur. C’est en partenariat avec ce leader mondial qu’est EADS que, me semble-t-il, l’industrie polonaise aura les meilleures chances de s’inscrire dans l’intense compétition mondiale. Le projet élaboré par Eurocopter et Turbomeca avec les usines aéronautiques de Lódź et de Dęblin pour la production d’hélicoptères EC725 répond à cette logique.

Mais ce n’est là qu’un premier pas. Comme vous le savez, et ces quelques jours vous fourniront l’occasion d’en discuter en détail, l’offre de coopération d’EADS à la Pologne se veut très ambitieuse. Elle couvre des domaines prioritaires de l’effort de modernisation des forces armées polonaises : avions de transport, défense anti-aérienne et anti-missiles, hélicoptères multirôles, technologies spatiales. Cette offre met au premier plan le souci de bâtir une véritable relation de partenariat, équilibrée, dans le cadre de laquelle la Pologne n’est pas considérée comme un simple marché d’exportation, ni comme sous-traitant, mais comme un maillon essentiel d’une chaîne de production européenne, bénéficiant du transfert d’expérience et de technologies, et à même de contribuer, grâce au savoir-faire de ses ingénieurs et techniciens, au développement des nouvelles générations d’équipement.

L’approche originale, que seul EADS est à même de développer, consiste à envisager les différentes offres non comme des segments compartimentés, mais comme des éléments structurants d’un partenariat global qui permette à la Pologne de rejoindre le club fermé des acteurs majeurs de l’industrie de défense européenne. Il s’agit d’un projet stratégique, capable de donner une impulsion décisive à la construction de l’Europe de la défense, de l’armement et de la haute technologie – et aussi d’amener la Pologne vers le noyau dur de cette entreprise-là. Le directeur du Développement international d’EADS, M. Jean-Pierre Talamoni, était venu en juin dernier à Varsovie pour présenter les contours généraux de ce projet, qui avait suscité un grand intérêt de la part de ses interlocuteurs polonais. Je me réjouis que la séquence qui s’ouvre aujourd’hui puisse permettre d’entrer davantage dans le détail des discussions.

Ces développements viennent à point nommé. Comme vous le savez, l’Union européenne s’est fixé une échéance majeure ce mois-ci, le Conseil européen des 19 et 20 décembre, dont une partie importante sera consacrée à l’approfondissement de la politique européenne de sécurité et de défense. Une défense européenne efficace n’est pas concevable sans un effort soutenu pour développer les synergies entre nos industriels. La Pologne est pour nous un partenaire précieux dans cette entreprise. Elle est bien sûr attentive à préserver son tissu industriel (qui ne l’est pas d’ailleurs ?), mais il me semble que la conscience s’impose progressivement que le meilleur moyen d’y parvenir, c’est de s’inscrire pleinement dans l’objectif d’un arrimage au pôle européen de défense, condition pour de la taille critique nécessaire pour garantir une réelle autonomie stratégique. C’est ce à quoi nous devons nous employer tous ensemble, et j’espère que les contacts noués au cours de ces journées y contribueront.
Merci pour votre attention.

Dernière modification : 02/12/2013

Haut de page