Discours à l’occasion de l’Assemblée générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie Franco-Polonaise

Monsieur le Président de la CCIFP, cher Maciej Witucki,
Madame la directrice de la Chambre, chère Monika Constant,
Mesdames et Messieurs les chefs d’entreprises,
Chers amis,

C’est désormais une tradition de venir s’exprimer devant vous à l’occasion de votre Assemblée Générale, et c’est une belle tradition. Outre le plaisir de saluer tant de têtes connues dans cette salle, c’est pour moi l’occasion d’échanger avec vous sur la dimension économique de notre relation franco-polonaise et de donner du sens à notre diplomatie économique.

Les fondamentaux sont là, ils sont globalement sains mais peuvent évidemment être améliorés. Comme je vous l’ai dit au tout début de cette année, et lors de votre magnifique 20ième anniversaire, notre relation bilatérale est excellente, « la meilleure dans l’histoire de nos deux pays » selon la formule du Premier Ministre Donald Tusk. Nous tenons notre place sur le podium des investisseurs étrangers, en cumulé comme en flux, grâce aux investissements réalisés dans ce pays, notamment par beaucoup d’entre vous.

Nous ne sommes pas en revanche, vous le savez, à la hauteur de nos ambitions en matière d’échanges commerciaux. Même s’il est en retrait par rapport à 2012, notre déficit vis à vis de la Pologne est resté supérieur en 2013 au milliard d’euros. Les causes de notre perte de compétitivité sont diverses et appellent des réponses élaborées en France même et qui seront prochainement complétées. Pour autant, améliorer notre présence à l’international, et ici en Pologne, est l’affaire de tous.

Je considère que c’est aussi l’affaire de notre ambassade et de ses services économiques. Bien évidemment, en dernier ressort, les marchés sont toujours gagnés par les entreprises elles-mêmes, mais je crois beaucoup au rôle d’influence et de support qui est le nôtre. Nous travaillons déjà de concert, et je suis heureux de reconnaître ici de nombreux participants au Conseil Economique, aux réunions de branches organisées à la Résidence ou à notre tout nouveau Club Agro, pour ne citer que quelques exemples. La récente réorganisation gouvernementale autour d’un pôle international regroupant diplomatie, commerce extérieur et tourisme, vise précisément à renforcer ce « pack économique France » autour de nos ambassades.

Améliorer notre présence économique dans ce pays passe d’abord et avant tout par votre action quotidienne dans vos entreprises. Mon rôle n’est évidemment pas de me poser en donneur de conseil dans ce domaine où vous excellez, mais je voudrais insister sur trois points.

1)Garantir notre présence à l’international, c’est aider nos jeunes attirés par l’action économique hors de nos frontières à mettre le pied à l’étrier, c’est former la génération de nos cadres –de vos cadres – de demain. Le dispositif VIE répond à cette exigence : les obstacles fiscaux qui gênaient son développement en Pologne ont été levés, mais avec seulement 64 VIE présents dans nos entreprises dans ce pays, il reste très sous-dimensionné. Le grand concours VIE qui débouchera le 21 mai prochain, avec le soutien de la Chambre et des CCEF, n’en prend que plus d’importance..

2)Accroître notre présence, notamment en termes d’exportations, c’est aussi travailler en équipe avec d’autres entreprises françaises chaque fois que c’est possible. Certains de nos voisins européens utilisent l’expression plus guerrière de « chasser en meute », mais l’idée est la même : associer des entreprises françaises à la « supply chain », faire appel à elles dans l’ingéniérie ou l’outsourcing, accorder une place plus importance aux produits français dans la distribution … Cela rappellera à certains d’entre vous nos débats du Conseil Economique ou du Club Agro : il nous faut désormais passer à l’acte.

3)Offrir une image moderne et performante de notre pays et de nos entreprises est également fondamental. Je connais l’action de la Chambre et des CCEF dans ce domaine, et je les en remercie. Chaque année, à la veille du 14 juillet, la rue francuska mérite un peu plus son nom grâce à vous. Dans un autre registre, les Rencontres de Varsovie, initiées l’an dernier, ont immédiatement trouvé leur place : celle d’un lieu de dialogue de qualité entre français et polonais sur les grandes problématiques de notre époque.

A ces actions propres à la Chambre s’ajoute notre 14 juillet, dont l’affluence à l’ambassade ne se dément pas d’année en année, bien au contraire. Je sais le rôle fondamental que vous y jouez, en financement ou en contribution directe, et je vous encourage cette année encore à continuer en ce sens.

Mais en 2014, pour la première fois s’ajoutera une autre manifestation, destinée à favoriser l’image de notre pays, de sa culture et de ses entreprises, auprès de la population varsovienne. Le samedi 20 septembre prochain, de concert avec nos amis allemands, nous ouvrirons ambassade, jardins et résidence au public et à la presse pour une Journée Portes Ouvertes. La rue Jazdow sera fermée à la circulation pour l’occasion, et le public pourra passer d’un site à l’autre, d’un pays à l’autre. Nos collègues allemands ont fait l’exercice seuls à l’automne 2012, et ont reçu environ 5000 visiteurs. Nul doute qu’en joignant nos forces, nous augmenterons encore ce chiffre. Je souhaite offrir cette vitrine également à nos entreprises qui pourront exposer leur savoir-faire auprès d’un large public populaire. Cette initiative, destinée à renvoyer une image moderne de la France et de ses réalisations, ne pourra voir le jour qu’avec votre soutien matériel et financier, au même titre que les autres évènements que je viens d’évoquer. Je vous en remercie d’avance.

C’est donc une année riche qui s’annonce, entre les manifestations propres à la Chambre et nos rendez vous du 14 juillet et du 20 septembre prochains. Cet ensemble forme un tout, avec une seule finalité : mieux faire connaître la France et son savoir-faire dans tous les domaines.

Il me reste après ces quelques mots à vous laisser travailler entre vous, et vous souhaiter une bonne Assemblée Générale. Merci de votre attention.

Dernière modification : 18/04/2014

Haut de page