Conférence : La France, une puissance technologique du 21ème siècle (Szczecin, 22 octobre 2013)

Discours de M. l’Ambassadeur sur l’innovation

Bibliothèque de l’Université technologique de la Poméranie Occidentale

Szczecin, 22 octobre 2013

Mesdames, Messieurs,

C’est pour moi un grand plaisir d’être aujourd’hui parmi vous afin d’aborder un thème qui n’est peut-être pas toujours associé de façon spontanée à la France : l’innovation. En effet, j’ai souvent l’occasion de remarquer qu’à l’international – et la Pologne ne fait pas à cet égard figure d’exception -, la France est certes admirée pour sa langue, sa cuisine, son art de vivre et plus largement sa culture, mais qu’elle souffre en même temps d’une image vieillotte, comme si nous vivions avant tout sur nos acquis passés et que nous n’étions pas un pays innovant.

Permettez-moi de démentir ce constat pessimiste, comparaisons internationales à l’appui. Tout d’abord, selon l’étude « Top 100 Global Innovators » publiée au début du mois par Thomson Reuters, la France se place au troisième rang, derrière les Etats-Unis et le Japon, avec 12 entreprises parmi les 100 les plus innovantes du monde. La France représente aussi la troisième destination des investissements directs étrangers (IDE) en Europe et serait en réalité, d’après un rapport d’Ernst & Young de 2012, le pays le plus attractif pour des investissements étrangers dans le secteur industriel.

J’ajouterai au demeurant que nous ne sommes pas les seuls à bénéficier de ces bons résultats puisque les retombées des innovations produites par les entreprises françaises profitent en même temps aux pays où elles sont implantées. Ainsi, en Pologne, les avancées technologiques de Renault en matière de véhicules électriques ou de Saint-Gobain pour les matériaux de construction nouvelle génération contribuent à diminuer la facture énergétique du pays et à introduire une conception plus durable de l’utilisation des matières premières.

Je veux dire ensuite, à l’intention de ceux qui continuent de croire que les Français sont pris dans l’immobilisme, que la France change, que la France se réforme. Comme notre ministre du Commerce extérieur, Madame Nicole Bricq, a eu l’occasion de le souligner lors de ses déplacements répétés en Pologne, la France offre aux entreprises l’environnement qui, en Europe, est le plus favorable à l’innovation.

Sur le plan fiscal, cela se traduit par des dispositifs comme le « crédit impôt- recherche » et le plus récent « crédit impôt-innovation » afin de permettre notamment aux PME de franchir la « vallée de la mort » de l’innovation et de développer à grande échelle des solutions mises au point en laboratoire.

Autre maillon faible récurrent de la chaîne de l’innovation : l’accès aux sources de financement. C’est pourquoi le gouvernement a décidé de mettre sur pied la Banque publique d’investissement, qui facilitera, grâce à un système de guichets uniques, l’accès des PME aux financements publics sous forme de prêts, de garanties et de soutiens en fonds propres. BPI France concentrera également son action sur des secteurs d’avenir comme les technologies numériques et les éco-entreprises.

Toutefois, parce que le développement de l’innovation ne nécessite pas seulement des capitaux mais aussi un écosystème stimulant, les pouvoirs publics français accompagnent depuis des années la formation de pôles de compétitivité qui rassemblent entreprises, universités et instituts de recherche. Plusieurs de ces pôles sont des leaders mondiaux dans leur domaine, qu’il s’agisse de l’Aerospace Valley, d’où sortent les avions Airbus ou bien du pôle de l’industrie nucléaire en Bourgogne.

Cette thématique des pôles de compétitivité et des clusters est d’ailleurs familière à nos partenaires polonais puisqu’elle a fait l’objet le mois dernier du premier Forum franco-polonais des acteurs de l’innovation et de la compétitivité. Organisé par l’Ambassade en partenariat avec le ministère polonais de l’Economie et l’Agence polonaise pour le développement de l’entreprenariat (PARP), ce Forum a non seulement vu naître le premier accord de coopération entre clusters français et polonais mais a aussi été le lieu de rencontres d’affaires en vue de développer des échanges technologiques et commerciaux entre clusters des secteurs du numérique et des éco-industries.

Compte tenu du succès du Forum, les autorités françaises et polonaises ont exprimé le souhait qu’il se tienne désormais à échéances régulières et une nouvelle édition est prévue l’année prochaine. Je sais que certains clusters de la région de Szczecin étaient présents cette année à Varsovie : je formule le vœu que vous ferez de nouveau le déplacement et invite d’ores et déjà les autres clusters des environs, notamment ceux actifs dans les domaines des NTIC et de la chimie verte, à imiter votre exemple.

De fait, si les pôles de compétitivité constituent une étape indispensable de toute politique d’innovation pour coordonner les efforts de recherche, réduire les gaspillages et créer de nouvelles synergies, ils n’en sont pas l’aboutissement. Pour demeurer créatifs et compétitifs, les acteurs de l’innovation doivent regarder au-delà de la sphère régionale ou nationale et rechercher des partenariats avec leurs homologues européens, voire mondiaux.

Ce sont ces efforts que nous accompagnons à l’Ambassade de France, que ce soit au travers du Forum de l’innovation ou d’autres échanges, récemment dans les domaines des transports et du textile innovant. En outre, parce que nous sommes conscients de la nécessité de garder ce partenariat ouvert, nous travaillons actuellement avec les autorités polonaises pour organiser l’année prochaine, en février, une conférence en format Weimar sur l’innovation et les bonnes pratiques industrielles.

Il est compréhensible qu’à Szczecin, si proche de l’Allemagne par la géographie comme par l’histoire, vous ayez un tropisme naturel à vous tourner en priorité vers vos voisins immédiats. Toutefois, parce que les nouvelles idées émergent plus facilement à trois qu’à deux, j’espère que vous n’hésiterez pas à prendre le large et à regarder plus loin.

Je vous remercie de votre attention.

Dernière modification : 25/10/2013

Haut de page