Cérémonie du 70ème anniversaire de la fin de la II Guerre mondiale (Gdansk, 7 mai 2015) [pl]

Le Ministre de la Défense, M. Jean-Yves Le Drian, a représenté le Président de la République à Westerplatte, le 7 mai, aux cérémonies marquant le 70 ème anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale. Elles se sont déroulées au Centre européen de Solidarité, à Gdansk, où le Président Komorowski recevait 16 hôtes de marque. Les commémorations ont commencé par un panel d’historiens consacré aux leçons de la 2ème Guerre Mondiale avec 7 décennies de recul. Les organisateurs avaient convié plusieurs personnalités éminentes du monde académique, l’historien britannique Norman Davies, notre compatriote Georges-Henri Soutou, l’historien russe Youri Afanassiev, le juriste allemand Stefan Troebst, l’américain Timothy Snyder et le professeur Andrzej Paczkowski, un historien polonais. Ce panel a été l’occasion d’une réflexion sur le rôle de la mémoire et son utilisation à des fins politiques, en Russie, mais aussi dans des pays européens, ainsi que de dresser, avec pertinence, le constat du poids de l’héritage de ce conflit.

JPEG

A l’issue de cette discussion de haute tenue intellectuelle, œuvrant en modérateur, le Président Komorowski a donné successivement la parole à ses hôtes, chefs d’Etats et de gouvernement, et représentants d’Etats alliés. Outre le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki-moon et le Président du Conseil européen Donald Tusk, figuraient les présidents bulgare, Rossen Plevneliev, croate, Kolinda Grabar-Kitarović, chypriote, Nikos Anastasiadis, tchèque, Miloš Zeman, estonien, Toomas Hendrik Ilves, lituanienne, Dalia Grybauskaitė, roumain, Klaus Iohannis, ukrainien, Petro Porochenko, l’ancien président allemand, Horst Köhler. L’Espagne, la Lettonie, le Danemark et la Hongrie étaient représentées par les présidents des chambres basses et la France par le ministre de la défense.

Dans son intervention, le président Porochenko a exhorté la communauté internationale à ne pas répéter les erreurs du passé, et a formé le vœu que l’ONU étende à l’Ukraine ses missions de maintien de la paix. Il a réaffirmé que l’Ukraine avait fait le choix de l’Europe, un choix à la fois moral et politique.

Le Secrétaire Général des Nations unies, M. Ban Ki-moon, a rappelé que la Seconde Guerre Mondiale s’était également jouée dans le Pacifique, que les Nations unies fêtaient également leur 70ème anniversaire, et il n’a pas manqué de souligner l’obligation qu’avaient aujourd’hui tous les Etats de lutter contre le dérèglement climatique.

JPEG - 73.3 ko
Le Secrétaire Général des Nations unies, M. Ban Ki Moon et le Ministre de la Défense, M. Jean-Yves Le Drian

Le Président du Conseil européen, M. Donald Tusk, originaire de Gdansk, a estimé que si l’Union européenne suscitait une envie forte de la part de tous ceux qui voulaient y adhérer, elle devait également inspirer le respect.

Le ministre de la défense a lu un message adressé par le Président de la République aux participants du panel (cliquer discours) Il a souligné les périls auxquels l’Union européenne, qui avait tant fait pour réunifier le continent, se trouvait aujourd’hui exposée. Il a exhorté les Européens à défendre sans relâche la paix qu’elle était arrivée à bâtir en Europe.

Le président Komorowski a clos ce volet des commémorations en soulignant le dénominateur commun que constituait pour tous la poursuite de l’intégration européenne. Chaque dirigeant pouvait sentir sur ses épaules, a-t-il dit, le poids de la responsabilité à cet égard.

JPEG

Après un dépôt de bougie par les chefs de délégation au pied du monument dressé, devant le Centre européen de Solidarnosc, à la mémoire des ouvriers du littoral baltique tués en 1970, le Président Komorowski a offert à ses hôtes un dîner d’apparat à la Cour d’Artus à Gdansk, en présence de la Première ministre Ewa Kopacz, du vice-Premier ministre, ministre de la défense, Tomasz Siemoniak et du ministre des affaires étrangères Grzegorz Schetyna.

Dernière modification : 27/01/2016

Haut de page