Cérémonie de remise des insignes (1er juillet) [pl]

Cérémonie de remise des insignes

de chevalier de l’Ordre du Mérite de la République de Pologne
à Mme Corinne Baylac,

puis celles :

de chevalier de l’Ordre national du Mérite à M. Benoît Delattre,

de chevalier de l’Ordre national du Mérite à M. Pierre Klein,

d’officier de la Légion d’honneur à M. Kazimierz Marcinkiewicz

Résidence de France – 1er juillet 2013

Monsieur le Premier ministre,

Monsieur le Député,

Messieurs les Sénateurs,

Monsieur le Ministre,

Monsieur le Voïvode,

Monsieur le Recteur,

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour honorer quatre personnalités françaises et polonaises qui se sont particulièrement distinguées par leurs mérites dans la coopération entre la France et la Pologne, et pour leur remettre les décorations que ces mérites leur ont values.

Monsieur le Voïvode, je vous remercie tout particulièrement de l’honneur que vous nous faites en acceptant de remettre en cette résidence la Croix de Chevalier de l’Ordre du Mérite de la République de Pologne à Mme Corinne Baylac, pour les mérites qu’elle s’est acquis comme attachée universitaire de cette ambassade, et je vous cède à présent la parole.

[Intervention du Voïvode de la région de Mazovie]

Merci Monsieur le Voïvode, c’est un grand honneur pour cette ambassade que de voir reconnus par la République de Pologne les mérites d’une de ses collaboratrices.

***

Nous allons à présent remettre des décorations françaises à deux Français, M. Benoît Delattre, secrétaire général de l’Institut français, et M. Pierre Klein, qui coordonnait jusqu’à il y a peu l’antenne d’ATD Quart-Monde en Pologne, tous deux faits chevalier de l’Ordre national du Mérite, et à une éminente personnalité polonaise, l’ancien Premier ministre Kazimierz Marcinkiewicz, fait officier de la Légion d’Honneur.

Comme vous le savez, l’Ordre national du Mérite a été institué par le général de Gaulle en 1963 et l’Ordre national de la Légion d’Honneur par Napoléon Bonaparte en 1802. Ces deux ordres récompensent les mérites de personnalités françaises et étrangères ayant contribué de façon exemplaire au rayonnement de la France et des valeurs qu’elle défend et promeut dans le monde.

***

Cher Benoît Delattre,

Vous êtes né à Baincthun, dans le Boulonnais. Instituteur de formation, vous partez effectuer une période de volontariat de deux ans à l’École française de Tripoli, en Libye. Touché par cette première expérience au service de l’enseignement français à l’étranger, vous décidez d’en faire votre vocation.

C’est ainsi que vous devenez conseiller pédagogique au service culturel de l’Ambassade de France au Caire pendant six ans. Après un passage par l’administration centrale du Ministère des Affaires étrangères, l’appel du large se fait à nouveau entendre et vous partez pour Tunis, dans les fonctions de secrétaire général du service de coopération et d’action culturelle, puis, quelques années plus tard, à Mexico, dans des fonctions similaires.

À votre retour en administration centrale, vous mettez à profit l’expérience acquise lors de vos séjours à l’étranger comme chef de bureau à la Direction chargée de l’audiovisuel étranger de la France.

Après l’Afrique du Nord et l’Amérique latine, c’est vers l’Europe centrale que vous pousse désormais votre vocation : après avoir exercé pendant trois ans les fonctions de secrétaire général de l’Institut français de Bucarest, vous êtes affecté à votre demande à Varsovie, dans ces mêmes fonctions de secrétaire général de l’Institut français, fonctions que vous exercerez avec bonheur durant cinq ans.

Cher Benoît Delattre,

Votre compétence unanimement reconnue, votre perpétuelle bonne humeur, votre sens du service public, votre dévouement à la cause du français en Pologne ont su vous gagner l’estime de tous ceux, Français et Polonais, avec qui vous avez été amenés à travailler durant ces cinq années. Je me compte bien évidemment parmi ceux-ci et je me réjouis de pouvoir vous remettre aujourd’hui, en reconnaissance des services que vous avez rendus tout au long de votre carrière à la France, à la langue et à la culture françaises, vos insignes de chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Benoît Delattre, au nom du Président de la République, je vous fais chevalier de l’Ordre national du Mérite.

***

Cher Pierre Klein,

Natif de Strasbourg, en Alsace, vous êtes diplômé de l’École centrale Paris. Vous découvrez le mouvement ATD Quart-Monde en effectuant votre service national civil, et vous devenez ensuite volontaire permanent de cette organisation. Vous y occupez notamment la fonction de chargé de mission « technologies nouvelles » auprès du secrétariat général.

Je rappelle qu’ATD Quart-Monde a été fondé en 1957 par le père Józef Wrzesiński, d’origine polonaise, dans le but de permettre aux plus démunis de devenir eux-mêmes les principaux acteurs de la lutte contre la pauvreté et de permettre ainsi à la dignité de chaque être humain d’être reconnue et respectée.

En 2005, vous venez vous installer avec votre famille en Pologne, pour y devenir coordonnateur national dans ce pays de l’action d’ATD Quart-Monde. Fidèle à la philosophie de ce mouvement, vous vous attachez à faire se rencontrer des Français et des Polonais de tous milieux.

Une des dimensions essentielles de votre action est l’importance que vous accordez à l’accès à la culture pour les plus défavorisés. Votre initiative des « bibliothèques de rue » a notamment permis de faire découvrir la culture française à un public qui n’en était pas familier. Cette action, réalisée en partenariat avec le service culturel de cette ambassade, s’est également enrichie de « concerts de rue » à l’occasion de l’année Chopin en 2010.

Cher Pierre Klein,

Vous avez fait le choix de vouer votre vie au service des autres. Par votre exemple, vous véhiculez en Pologne l’image d’une France humaniste et active dans la lutte contre les inégalités.

Votre générosité, la sincérité de votre engagement, votre contribution par les actions humanitaires que vous avez coordonnées au rayonnement de la France en Pologne vous valent d’être aujourd’hui nommé chevalier de l’Ordre national du Mérite.

Pierre Klein, au nom du Président de la République, je vous fais chevalier de l’Ordre national du Mérite.

***

Monsieur le Premier ministre,

Né à Gorzów Wielkopolski, vous effectuez des études de physique et de mathématiques à l’Université de Wrocław. Vous enseignez ensuite les sciences à l’une des écoles primaires de votre ville natale.

Parallèlement, vous vous engagez activement dans l’opposition au régime communiste et rejoignez les structures clandestines de Solidarność. Vous participez notamment à la création et à la rédaction de plusieurs publications catholiques clandestines.

En 1989, vous êtes l’un des fondateurs de l’Union chrétienne nationale (ZChN) dont vous dirigez les structures dans votre région.

Vous occupez au début des années 1990 plusieurs fonctions de responsabilité dans le domaine de l’éducation : directeur d’école, recteur d’académie, directeur des Instituts de formation des maîtres. Vous participez également comme vice-ministre de l’Éducation au gouvernement de Mme Hanna Suchocka.

Vous décidez ensuite de vous investir pleinement en politique : élu une première fois député de la circonscription de Zielona Góra en 1997 sur la liste de l’Action électorale Solidarité (AWS), vous serez réélu lors des deux élections parlementaires suivantes, avant d’être appelé à la tête du gouvernement polonais.

Un an après l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne, vos qualités d’écoute et d’ouverture vous permettent d’affirmer et d’ancrer profondément l’engagement européen de votre pays.

Monsieur le Premier ministre,

Que ce soit dans ces plus hautes fonctions ou dans celles de maire de Varsovie, vous avez toujours eu à cœur de porter une attention particulière aux relations avec la France et votre souhait de les voir se renforcer et s’approfondir ne s’est jamais démenti.

C’est à cet engagement, sincère et jamais démenti, en faveur de l’amitié franco-polonaise que la France a souhaité rendre hommage en vous remettant aujourd’hui une de ses plus prestigieuses distinctions, les insignes d’officier de la Légion d’Honneur.

Kazimierz Marcinkiewicz, au nom du Président de la République, je vous fais officier dans l’Ordre de la Légion d’Honneur.

***

Dernière modification : 02/07/2013

Haut de page