Cérémonie de remise de décorations à M. Marcin Pałys, à Mme Alicja Bień et à M. Władysław Frasyniuk [pl]

Cérémonie de remise de décorations
à M. Marcin Pałys, à Mme Alicja Bień et à M. Władysław Frasyniuk
Résidence de France à Varsovie, le 12 mai 2016

Mesdames et Messieurs les professeurs,
Monsieur le président de la section polonaise de la Société des membres de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite, cher Jean Caillot
Mesdames et Messieurs, chers amis,

Si j’ai le plaisir et l’honneur de vous voir réunis ce soir à la Résidence de France, c’est pour rendre hommage à trois personnalités qui ont, chacune à leur manière, contribué par leur engagement au rayonnement et au succès de la France en Pologne, avec un dévouement qui leur vaut ce soir d’être distinguées dans l’ordre national du Mérite et dans celui de la Légion d’Honneur.
L’Ordre national du Mérite a été institué par le président Charles de Gaulle en 1963 pour récompenser les mérites rendus à la nation française. L’Ordre national de la Légion d’honneur a été institué par Napoléon Bonaparte en 1802. Il récompense les mérites de personnalités ayant contribué de façon exemplaire au rayonnement de la France et des valeurs qu’elle défend et promeut dans le monde.
Avant de remettre leurs insignes à M. Marcin Pałys, à Mme Alicja Bień, à M. Władysław Frasyniuk, j’évoquerai brièvement, comme le veut la tradition, les mérites propres qui leur valent d’être ainsi distingués par la France.

***

M. le président, cher professeur,

Vous êtes né à Varsovie. Passionné par les sciences chimiques, vous entamez des études dans cette voie auprès de l’université de la capitale. Vous obtenez ainsi un master puis une habilitation à diriger des recherches, en 2005, au sein de la Faculté de Chimie de l’Université de Varsovie, après avoir obtenu au préalable un doctorat en sciences chimiques auprès de l’Université de Twente, à Enschede, aux Pays-Bas.

Votre poursuivez une carrière professionnelle au sein de votre alma-mater, d’abord en tant qu’assistant puis, quelques années plus tard, en tant que maître de conférence, au sein de la Faculté de Chimie de l’Université de Varsovie. Depuis 2010, vous y êtes professeur. Loin de vous cantonner à une carrière, déjà très prestigieuse, d’enseignant-chercheur, vous avez également souhaité vous engager dans le fonctionnement de votre Faculté. Vous devenez ainsi, à quarante ans seulement, son vice-doyen chargé de la politique financière. Trois ans plus tard, vous devenez le vice-président de l’Université de Varsovie et êtes en charge du développement de la politique financière. Enfin, depuis 2012, vous êtes le président de cette prestigieuse Université qui fête en ce moment son 200ème anniversaire.

Malgré la charge de vos fonctions de président d’université et de professeur, vous trouvez le temps d’être également membre du comité exécutif de la conférence des présidents d’établissements d’enseignement supérieur (la KRASP) ainsi que le vice-président de la conférence des présidents des universités polonaises (la KRUP). Vous êtes par ailleurs membre du jury des professeurs pour les prix scientifiques de l’hebdomadaire Polityka et président du Conseil scientifique du Collegium Invisibile, lequel promeut la responsabilité sociétale au sein de la communauté scientifique.

Vous êtes enfin et surtout un ami de la France, et à ce titre, l’un des remarquables promoteurs du renforcement des liens universitaires entre nos deux pays. A ce titre, vous vous êtes remarquablement investi au sein de votre université pour le développement du programme Erasmus et pour la conclusion d’accords de coopération bilatérale avec les établissements d’enseignement supérieur français.

Par ailleurs, vous n’avez eu de cesse de soutenir l’activité du Centre de civilisation française hébergé au sein de votre Université, et notamment son cycle Pensée française du XXIème siècle, lequel permet d’accueillir des personnalités intellectuelles françaises de premier plan, à l’instar du professeur Roger Chartier du Collège de France, qui arrivera dans quelques jours à Varsovie, ou son collègue Pierre Rosanvallon, qui l’a récemment précédé.

J’évoquerai enfin les nombreux évènements dont vous avez assuré la supervision et qui ont contribué à promouvoir la culture ou l’influence française en Pologne, à l’instar de la cérémonie de remise du Doctorat honoris causa au professeur Alain Besançon.

Pour votre carrière universitaire remarquable, conjuguée à votre engagement sans faille, en tant que président d’université, au renforcement des liens franco-polonais dans le domaine de l’enseignement supérieur, la France a souhaité vous nommer officier de l’ordre national du Mérite.

M. Marcin Pałys, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes d’officier de l’ordre national du Mérite.

**

Madame la consule, Chère Alicja Bień,

Vous êtes née à Lodz. Attirée très tôt par les questions juridiques, vous suivez des études de droit auprès de l’Université de Lodz où vous obtenez une maîtrise. Vous poursuivez également votre formation en droit à l’étranger, en France tout d’abord, auprès de l’université Pierre-Mendès-France de Grenoble, puis aux Pays-Bas, auprès de l’Université d’Utrecht. Vous suivrez ensuite des études post-universitaires, toujours auprès de l’Université de Lodz, mais également à l’étranger, en France à nouveau, cette fois-ci auprès de l’université de Tours.

Devenue avocate, vous multipliez les expériences, notamment auprès de la Cour européenne des droits de l’Homme en France, à Strasbourg, puis auprès du cabinet Rolland et Grevy, en Belgique, à Charleroi. En 2001, vous ouvrez à Lodz votre propre cabinet d’avocats, dont l’importance en termes d’affaires et de dossiers traités ne cessera de croître au fil des années.

Parallèlement à votre activité très prenante d’avocate, vous prenez le temps de vous consacrer à la formation des avocats stagiaires, au sein de la Commission de la Chambre régionale des avocats de Łódź chargée de leur formation. Vous consacrez également une partie de votre maigre temps libre à la chambre de commerce et d’industrie polonaise en France, dont vous devenez la représentante en 2009.

A ce titre, vous publiez dans le bulletin de celle-ci de nombreux articles spécialisés, à l’attention notamment des directeurs financiers français. Par vos connaissances et votre expérience, vous apportez ainsi de précieux conseils aux entreprises françaises déjà implantées ou désireuses de s’installer en Pologne. Enfin, depuis 2008, vous enseignez, en langue française, les techniques de négociations à l’Ecole de droit français de l’Université de Lodz (qui existe depuis 2003).

Francophile et francophone, vous vous engagez également de manière remarquable en faveur du renforcement des liens franco-polonais, tout d’abord au sein de l’Alliance française de Lodz, puis en tant que consule honoraire de France dans cette circonscription - fonction que vous exercez avec une très grande efficacité depuis 2012.

Vous ne ménagez ainsi ni votre temps, ni vos efforts, pour permettre à la culture et à la langue française de rayonner dans la voïvodie de Lodz en contribuant à la réussite des nombreuses manifestations culturelles destinées à promouvoir la richesse culturelle française. Comme dans le cadre du mois de la Francophonie avec le festival du film français et l’opération Goût de France, ou en accompagnant les délégations d’entrepreneurs, de parlementaires et d’élus locaux français pour leur faire découvrir le potentiel économique de votre ville. Vous êtes également très engagée dans la coopération décentralisée entre la ville de Lodz et celle de Lyon.

Le renforcement des liens culturels et économiques, entre la France et la Pologne, à travers la voïvodie de Lodz, vous doit donc beaucoup. Pour l’ensemble de ces raisons, ainsi que pour votre dévouement auprès de nos compatriotes, la République française a souhaité vous distinguer en vous nommant chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur.

Mme Alicja Bień, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur.

**
M. le député, M. Władysław Frasyniuk,

Vous êtes né à Wroclaw. Vous y suivez des études en mécanique automobile auprès du Lycée technique de la ville. Peu de temps après vos études, vous exercez, pendant plusieurs années, le métier de chauffeur de bus auprès des transports urbains et interurbains de Wroclaw.

1980 marque un tournant, tant dans l’histoire de la Pologne que dans votre vie personnelle, puisque c’est cette année-là que vous rejoignez le syndicat libre Solidarnosc tout juste créé. Vous vous engagez ainsi en faveur du combat démocratique en rejoignant ceux qui militent pour une Pologne libre.

En tant que meneur des grèves de 1980-1981 dans les dépôts de Wrocław, vous devenez rapidement le responsable de Solidarnosc pour la Basse-Silésie et membre des instances nationales de ce syndicat. Après l’instauration de l’Etat de siège, vous devenez membre des instances syndicales clandestines de Solidarnosc. Arrêté pour "tentative de renversement du régime", vous serez emprisonné à plusieurs reprises par le régime entre 1982 et 1986. En 1989, vous participez aux fameuses négociations de la table-ronde qui allaient jeter les fondations de la nouvelle Pologne.

En 1990, vous décidez de "descendre du tramway nommé Solidarnosc", et abandonnez ainsi la présidence régionale du syndicat en Basse-Silésie. Vous fondez alors, aux côtés de Zbigniew Bujak, Zofia Kuratowska et Jacek Kuroń, le ROAD (Mouvement des citoyens – Action démocratique), appelé à rejoindre, un an plus tard, l’Union démocratique (UD).

En 1991, à l’occasion des premières élections entièrement libres organisées en Pologne depuis la chute du régime communiste, vous êtes élu à la Diète. Vous serez réélu à la chambre basse du Parlement lors des deux législatures suivantes. En 1994, vous cofondez, aux côtés de Tadeusz Mazowiecki, le parti Union de la liberté (Unia Wolności, UW), dont vous prenez, cinq ans plus tard, la présidence pour la Basse-Silésie. Deux ans après, vous en assurez la présidence tout court.

Enfin, malgré un engagement politique très prenant, vous avez pris le temps de vous investir dans plusieurs autres activités, tant associatives - en devenant président d’une association d’aide aux enfants – qu’entrepreneuriales, dans le domaine des transports, de l’expédition et de la logistique.

Ce parcours a fait de vous un modèle de droiture morale reconnu et salué par le plus grand nombre.

Pour vous être dressé avec courage contre la dictature, au nom des idéaux de liberté et de démocratie dont mon pays est un des défenseurs les plus ardents, pour avoir ainsi contribué de manière remarquable à la chute du communisme en Pologne puis à la transformation heureuse qu’a connu ce pays depuis, la France a souhaité vous distinguer en vous nommant chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur.

M. Władysław Frasyniuk, au nom du Président de la République, nous vous remettons les insignes de chevalier de l’ordre de la Légion d’Honneur./.

Dernière modification : 13/05/2016

Haut de page