4ème lettre aux Polonais amis de la France (mars 2015) [pl]

Varsovie, 16 mars 2015

Mesdames, Messieurs,

Je vous avais annoncé, dans mon dernier message, juste avant les fêtes de Noël, un riche programme pour l’année qui allait s’ouvrir. Celle-ci est désormais bien entamée et ne cesse de révéler de nouvelles perspectives, encourageantes et prometteuses.
Permettez-moi de vous dire quelques mots de l’événement le plus récent, à savoir la visite en Pologne de notre Premier ministre Manuel Valls. C’est la troisième rencontre au plus haut niveau depuis le début de l’année. Les Présidents Komorowski et Hollande ont en effet ménagé un entretien bilatéral en marge des commémorations du 70ème anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, le 27 janvier. Le 30 janvier, la Première ministre Ewa Kopacz, accompagnée de plusieurs ministres, était reçue à Paris par le Président de la République pour des consultations intergouvernementales, qui avait permis de dégager de nombreuses convergences (cf. déclaration conjointe http://www.elysee.fr/declarations/article/deklaracja-po-polsko-francuskich-konsultacjach-mi-dzyrz-dowych/).

Et les 11 et 12 mars la Pologne accueillait donc le chef du gouvernement français, qui avait souhaité inscrire votre pays dans une séquence de déplacements entrepris, ces derniers mois, dans plusieurs grandes capitales européennes – Berlin, Londres, Madrid – pour approfondir le dialogue politique et pour expliquer les réformes en cours dans notre pays. Il avait également tenu à faire une escale à Gdansk, berceau de Solidarité, pour rendre hommage à la contribution de la Pologne à la libération du joug communiste.

Il y a été reçu avec tous les honneurs par les autorités locales. Après avoir déposé une gerbe devant le monument aux victimes des événements de 1970, il a visité le Centre Européen de Solidarité, et là l’émotion était palpable. « Pour notre génération, pour moi-même, les événements de 1980 constituaient un élément important qui, en quelque sorte, a orienté notre engagement politique  » a expliqué le Premier ministre, qui avait, en 1980-81, porté l’emblème de Solidarnosc, et avait participé aux manifestations de protestation contre la loi martiale.

Il a d’ailleurs saisi cette occasion pour appeler à se mobiliser derrière ces « valeurs de Solidarnosc, plus que jamais d’actualité  » et à défendre « les valeurs de liberté (qui) sont aujourd’hui mises en cause par le terrorisme, par la montée du populisme et de l’extrême-droite partout en Europe ».

A Varsovie le Premier ministre a également pu découvrir le magnifique musée Polin, dialoguer avec des intellectuels, rencontrer les milieux d’affaires, expliquer la politique du gouvernement. Mais surtout, il a pu s’entretenir avec son homologue, Mme Ewa Kopacz, et a été reçu par le Président Komorowski. La relance de la croissance et le plan Juncker, l’union énergétique et la conférence climatique figuraient naturellement au nombre des questions abordées, de même que la situation de sécurité en relation avec les événements à l’est de l’Ukraine et la politique de la Russie.

Qualifiant d’« exceptionnelle » la relation entre nos deux pays, le Premier ministre a par ailleurs rappelé, dans ses déclarations publiques, que la France, dont les entreprises avaient investi à hauteur de 20 Mds€ en Pologne, générant près de 200 000 emplois, souhaitait accompagner la Pologne dans ses prochaines étapes de développement industriel et technologique, que ce soit dans la production d’énergie nucléaire ou d’armements de haute technologie. « La proposition de la France, ce n’est pas de vendre à la Pologne des armements », a ainsi déclaré le chef du gouvernement, « Ce que la France propose, pour que votre pays s’insère pleinement dans l’Europe de l’armement, c’est une démarche de partenariat ».

Cette approche est illustrée par l’accord signé par l’agence spatiale polonaise, POLSA – le premier pour cette toute nouvelle institution – avec notre Centre National d’Etudes Spatiales (CNES). Le NCBJ a lui aussi signé un accord de coopération scientifique avec notre Commissariat à l’Energie Atomique. Et les industriels français, Areva, EDF, Thales, ont eux aussi conclu des accords de coopération avec des universités polonaises et la zone économique spéciale de Poméranie.

Les discours et les accords comptent, surtout lorsqu’ils sont suivis d’actes. C’est ainsi que le fleuron de l’Europe de l’aéronautique et de l’espace, le groupe Airbus, a ouvert le 19 février un centre de R&D à Łódź, dédié à sa branche hélicoptères, un centre qui emploiera une centaine de personnels hautement qualifiés. Et ce indépendamment du résultat de l’appel d’offres en cours sur les hélicoptères multi-rôles ! Etrangement, cette information a été ignorée par la presse nationale. Je profite donc de ce message pour réparer cette omission et informer le public polonais.

Tout ce que j’avais annoncé dans mon message précédent reste d’actualité. Mais le programme ne cesse de s’enrichir, puisque non seulement la France sera le pays invité au Salon du Livre de Varsovie, en mai, mais dans quelques jours les villes de Cracovie et Wrocław seront invitées d’honneur du Salon du Livre de Paris. Autre nouveauté, nous préparons pour le festival de la photographie de Cracovie, également en mai, une exposition de notre compatriote Josef Koudelka, le grand photographe d’origine tchèque qui a fait découvrir au monde les images poignantes de l’invasion de la Tchécoslovaquie en août 1968. Enfin, il me faut mentionner le Mois de la Francophonie, qui bat son plein, avec, à travers toute la Pologne, une riche programmation culturelle qui embrasse cinéma, musique, théâtre et, là aussi, la gastronomie, avec toutes les saveurs de la francophonie pleinement déployées durant le week-end du 21-22 mars. Vous en trouverez le programme complet en suivant ce lien : http://frankofonia-polska.pl/frankofonia-fr/

Mais puisque je parle de saveurs, je ne résiste pas au plaisir d’annoncer l’opération Goût de France, qui consiste à organiser le même soir, ce jeudi 19 mars, sur les 5 continents, un « dîner à la française ». Le succès de cette célébration de la gastronomie française a dépassé toutes les espérances, puisque plus de 1300 chefs, dans leurs restaurants, y participeront. Les chefs polonais ont réagi avec enthousiasme à cette initiative, puisqu’ils sont 37 – parmi les plus prestigieux – à s’y être ralliés, faisant de la Pologne le second pays en Europe en dehors de la France, par le nombre de participants, après l’Italie. J’ai présenté ce projet, et beaucoup d’autres, aux auditeurs de Radio dla Ciebie, dans une émission que vous pouvez réécouter sur http://rdc.pl/informacje/1500-restauracji-na-5-kontynentach-francuzi-zapraszaja-na-kolacje-posluchaj/. J’invite vivement tous les gourmets à réserver leur table dans un des 37 restaurants participants à Goût de France, et à offrir à leurs sens un moment d’exception. Ils sont répartis à travers toute la Pologne et vous trouverez leur liste en vous rendant sur cette page de notre site Internet : http://www.ambafrance-pl.org/Gout-de-France-promocja

Nous nous approchons désormais de la période pascale, et il me reste à souhaiter à tous nos amis polonais de joyeuses Pâques.

Pierre Buhler
Ambassadeur de France en Pologne

JPEG - 32.2 ko
4ème lettre aux Polonais amis de la France (mars 2015)

Dernière modification : 26/03/2015

Haut de page